Le forum de la confrérie Fairiendil
 
AccueilPortailMembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherCalendrierFAQ

Partagez | 
 

 Laeenia, Maîtresse du Savoir du Gondor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Tanderiel
Admin / Brandir
avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 02/07/2016
Age : 28
Localisation : Bzh

MessageSujet: Laeenia, Maîtresse du Savoir du Gondor   Mer 7 Sep - 20:09

Petite entrée en matière ^^ Pour ceux qui ne le savent pas, j'ai monté en commençant le jeu une MDS de la race des hommes que j'ai monté jusqu'au level 102 et qui avait pour intérêt premier de me faire "découvrir le jeu". Je l'ai beaucoup joué en solo, mais j'ai imaginé une histoire la concernant. Même si je ne rp pas avec elle au sein de la confrérie, je voulais vous faire part de son histoire qui ressemble d'avantage à une fanfic car elle met en scène plusieurs personnages du Seigneur des Anneaux (tout en restant cohérent avec l'histoire Wink ) Je vous laisse découvrir et me donner votre avis ! Smile Enjoy !


~~~~~

PREMIERE PARTIE : L'insouciance dans la cité Blanche.







LAEENIA !!! ATTENDS MOI !!!


Le petit garçon courrait à en perdre haleine au milieu des champs de blé qui avaient été plantés au Pelenor. Devant lui, une petite fille, les cheveux au vent, courait en riant. Ses cheveux étaient d'un châtain presque blond et de légères boucles se formaient à leurs pointes. Âgée de dix ans, Laeenia était insouciante et n'avait que faire des remarques de son ami. Il n'avait qu'à courir plus vite !

Arrivée au bout du champ, elle sautait par dessus de la barrière comme un cabri. Elle voulait arriver jusqu'au fleuve. Elle le voyait briller de loin, mais il semblait à la fois si proche et si impossible à atteindre. Derrière, elle entendait la voix du jeune garçon.


LAEENIAAAAAAAA !!!! TU SAIS QU'ON N'A PAS LE DROIT D'ALLER JUSQUE LA !!! BOROMIR VA ENCORE CAFTER !!!

Enfin, la petite fille s'arrêta. Se retournant vers le jeune garçon, elle posa une main sur sa hanche, essoufflée. C'était une pointe de côté qui l'avait arrêtée.

Je m'fiche de ce que peut dire ton frère, Framir ! Ce n'est qu'un grand idiot ! Viens, j'ai envie d'aller au fleuve !

Le jeune garçon l'arrêta net, lui attrapant le bras.

Non, tu sais bien qu'il y a des orques qui rôdent là bas... Allez, viens, on rentre ! Ton père a déjà dû l'envoyer à nos trousses en ne nous voyant pas revenir et...

AH !!! ENFIN JE VOUS TROUVE !


Un cheval était arrivé au galop et sorti des champs. Un jeune homme de quinze ans à peine les regardaient d'un air supérieur. Il portait une cotte de maille un peu trop grande et son épée brillait fièrement, n'ayant visiblement jamais été utilisée sur autre chose que des mannequins d'entraînement. Les sourcils froncés, il leur dit.

Allez, en avant ! A la ville et au pas de course ! Ton père, Laeenia, c'est lui qui m'a envoyé à votre recherche !

Faramir, la tête penchée vers son amie, lui murmura.


Tu vois j'te l'avais dis... Sale cafard...


Laeenia réprima un fou-rire et commença à marcher vers la citadelle. Le soleil se couchait derrière la citée des hommes. Le spectacle était magnifique à observer et la petite fille ne pouvait s'empêcher de sourire. Ç’avait été une après-midi magique. Arrivés à Minas Tirith, Boromir semblait parader fièrement avec ses deux captifs. Les deux enfants, eux, chuchotaient à son insu une bonne quantité d'insultes à son encontre qui les faisaient beaucoup rire. Arrivés au second niveau, ils marchèrent jusqu'à une porte qui semblait plus richement décorée que celles des casernes environnantes. C'était le niveau des soldats et on les y attendaient de pied ferme.

Boromir frappa à la porte. Un homme grand, les cheveux grisonnants et la barbe drue, leur ouvrit brusquement. Il avait les traits d'un homme croulant sous le poids des responsabilité.


Seigneur Ormatar, voici vos deux délinquants ! Je vous ramène votre fille qui était ENCORE partie dans les champs du Pelenor sans autorisation !

Laeenia leva les yeux au ciel. Qu'il était agaçant ! Ormatar, lui, posa sa main sur l'épaule de sa fille et l'entraîna vers elle, crispé et peu souriant.


Merci, Boromir. Allez, maintenant. Votre père vous attend pour le repas. Il m'a demandé de vous prévenir dès votre retour. Mes hommages à votre père, seigneur Boromir. Et bonne soirée à vous.

Au revoir, Faramir ! A demain !!!!


Mais à peine Laeenia avait-elle terminé sa phrase que la porte se referma sur elle. Elle sentait le regard de son père dans son dos qui se contenta de soupirer avec force.

Allez... Vas te laver les mains, nous passons à table... On reparlera de ça plus tard...


[A suivre... Smile ]

_________________


Dernière édition par Tanderiel le Lun 5 Déc - 10:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanderiel
Admin / Brandir
avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 02/07/2016
Age : 28
Localisation : Bzh

MessageSujet: Re: Laeenia, Maîtresse du Savoir du Gondor   Mer 7 Sep - 22:21

Cinq ans s'étaient écoulés depuis que Laeenia et Faramir s'étaient échappés de la cité blanche pour une après-midi estivale. Et il y en avait eu beaucoup d'autres depuis ! Mais Laeenia et Faramir avaient grandi et étaient désormais âgés de quinze ans. Laeenia était au niveau des sages, assise sous une arcade à feuilleter un livre. Elle était vêtue d'une robe blanche traditionnelle du Gondor, dont le bas de la jupe était encore recouvert de boue. Une fleur blanche dans la main qu'elle s'amusait à faire tourner entre ses doigts, elle entendit bientôt une rumeur s'élever au niveau. Une rumeur disait "qu'il" était revenu... Laeenia releva alors la tête de son livre. Se relevant précipitamment, elle se mit à courir vers la citadelle. Son livre dans la main, elle passa devant les gardes qu'elle salua d'un grand sourire.

Sur son passage, plusieurs personnes furent bousculées, dont un homme qui semblait plongé dans sa lecture.


Fais donc attention ! Laeenia ! Tu vas finir par blesser quelqu'un à toujours courir partout comme ça !


Excusez moiiiii !!! Vous ne savez donc pas ? IL est ici !


L'homme, bouche bée, ramassa son livre et fronça les sourcils.


Humpf ! Mauvaises fréquentations par dessus le marché ! File ! Avant que j'appelle ton père !


Laeenia, riant aux éclats, remonta jusqu'à la citadelle où elle arriva enfin. Devant l'arbre blanc, elle traversa la cour et rejoignit une petite porte qui menait aux cuisines du palais. Tout le monde se préparait avec entrain ici, et Laeenia continuait de perturber le travail des gens honnêtes. Bousculant les commis, goûtant au passage une sauce qui cuisait à feu doux. Entrant par une petite porte dérobée, elle arriva dans un couloir et prit un escalier jusqu'à arriver devant une porte où elle frappa trois fois.

A l'intérieur, quelqu'un l'invita à entrer.


Faramir !!!! Tu es là !!! Il faut que je te parle !! Il faut que... Oh !


Devant elle se tenait son meilleur ami, habillé d'une tenue de garde de la citadelle qui semblait beaucoup trop juste pour lui. Laeenia éclata de rire en voyant sa dégaine.

Mais enfin... Faramir ! Qu'est-ce que c'est que cette tenue ! On dirait un semi-homme !

Le jeune homme soupira.

Tu n'as jamais vu de semi-homme,qu'est-ce que tu peux en savoir...?


S'appuyant contre l'encadrement de la porte, elle sourit.


Oui, mais d'après ce que les histoires que j'ai entendues m'ont appris sur eux, tu t'en rapproches fortement ! En parlant de semi-hommes... "Il" est ici !!!! Il faut que nous le trouvions !


Faramir écarquilla alors de grands yeux et lui fit un large sourire.


Comment, il est enfin revenu ?! Cela fait près d'un an maintenant qu'il n'était pas revenu à Minas Tirith ! Qu'attendons-nous ? Allons-y !


Laeenia croisa les bras, regardant son ami de la tête aux pieds.

Dans cette tenue... Tu en es sûr...?

Faramir leva les yeux au ciel et sortit de la pièce, suivie par la jeune femme qui éclatait de rire devant l'attitude de son ami.

Ils ne mirent pas très longtemps à retrouver l'homme qu'ils cherchaient. Ce mystérieux individu était à l'auberge du Bouclier Fendu et buvait une pinte de bière, une longue pipe dans la bouche, fumant l'herbe des hobbits. Son grand chapeau gris posé à côté de lui, il avait un grand bâton posé contre le comptoir. Ses longs cheveux gris se mêlaient à la fumée qui semblait émaner de ses oreilles. Les rumeurs étaient donc juste. Il était bien de retour parmi eux.


Mithrandir ! Ainsi vous revoilà ! Nous vous attendions depuis des semaines !


Faramir s'était approché du magicien qui s'était retourné vers eux, un large sourire aux lèvres.

Des semaines ?! Des mois, oui ! En fait, nous vous attendions depuis le lendemain de votre départ ! Bienvenue à Minas Tirith, Mithrandir !

Le magicien posa alors sa main sur l'épaule de Laeenia, un sourire amusé aux lèvres.


Laeenia... Faramir... Je m'étonnais en réalité de ne pas vous avoir encore croisé ! Eh bien mes enfants, vous voilà désormais devenus de jeunes adultes ! Bien... Bien...

Trépignant d'impatience, Laeenia souriait autant qu'elle pouvait. La jeune femme attendait avec tant d'impatience le retour du magicien qu'elle n'en pouvait plus.

Avez-vous fait bon voyage ? Où vos pas vous ont-ils mené ? En Isengard peut-être ? Ou bien chez les hommes du Rohan ? Ou peut-être êtes-vous allé saluer votre ami de la Comté ? Oh, Mithrandil, racontez-nous !


Le magicien gris se mit à rire devant l'insistance de la jeune femme. Il savait qu'elle était explosive, mais jamais il ne l'avait vue aussi heureuse de le revoir !

Eh bien je vous parlerais avec plaisir de mes voyages, mes enfants ! Pour le moment, je souhaiterais me reposer en paix quelques moments, si vous le permettez bien entendu ! Retrouvons-nous demain à la bibliothèque, je serai ravi de m'entretenir avec vous... Allons, disparaissez, maintenant !

Les deux adolescents, ravis de leur réponse, quittèrent le magicien, retournant à leur occupations, impatients que le lendemain n'arrive. Gandalf, quand à lui, se mit à soupirer. Il aurait secrètement espéré qu'ils ne le retrouvent pas avant plusieurs jours...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwendwil
Caun
avatar

Messages : 159
Date d'inscription : 05/07/2016
Age : 21
Localisation : Nancy

MessageSujet: Re: Laeenia, Maîtresse du Savoir du Gondor   Jeu 8 Sep - 18:52

J'adore ce coté "léger" qui contraste avec Tanderiel continue ! *-*

_________________



[center]Où sont mes amis ? Où est Fairiendil ? Telle la pluie sur les montagnes, comme un vent dans les prairies. L'inaction nous a trahis, la colère et la tristesse aussi. Comment en est-on arrivé là ? Fairiendil relève toi ! Une dernière fois !

Revenez...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanderiel
Admin / Brandir
avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 02/07/2016
Age : 28
Localisation : Bzh

MessageSujet: Re: Laeenia, Maîtresse du Savoir du Gondor   Jeu 8 Sep - 19:45

hahaha, merci la miss ! Wink

Une petite note : Gandalf va être très présents dans les chapitres à venir. Je le justifie par le fait que Faramir a beaucoup appris auprès de lui, il est donc naturel que je l'inclue dans la suite des événements (et il va m'être bien utile !)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanderiel
Admin / Brandir
avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 02/07/2016
Age : 28
Localisation : Bzh

MessageSujet: Re: Laeenia, Maîtresse du Savoir du Gondor   Jeu 8 Sep - 21:11

La bibliothèque de Minas Tirith... Ou du moins les "archives" de Minas Tirith, n'étaient pas l'endroit le plus agréable de la cité. Peu de lumière y pénétrait et les araignées y avaient élu domicile depuis de nombreuses générations. La poussière,quand à elle, faisait tenir l'ensemble dans une ambiance peu chaleureuse. Au milieu de la pièce se trouvaient plusieurs tables destinées aux recherches. Visiblement, l'endroit était très peu fréquenté, voire presque pas. A la lumière des bougies, bien que la lumière à l'extérieur faisait briller de mille feux de la cité, un petit groupe venait de s'asseoir et allait visiblement commencer à effectuer des recherches.

Bien ! Alors, Laeenia, vous semblez pressée de me faire part d'une de vos découvertes...

La jeune femme trépignait d'impatience. Elle avait trouvé il y avait de cela quelques semaines un étrange livre. C'est pour cette raison qu'elle attendait Gandalf avec impatience, car elle savait qu'il était le seul capable de lui révéler ce qu'il contenait.


Oui... Voilà... J'ai trouvé ce livre ici, et il m'intrigue énormément. Il est en langue elfique et il m'est bien entendu impossible de le lire. Néanmoins, ses illustrations sont remplies d'éléments de la nature, on y voit ici ce qui ressemble à une tempête... Et regardez ! Il est parfaitement intact ! Hors aucun elfe n'est entré ici depuis des siècles et des siècles... Alors, j'ai pensé que... Vous qui savez beaucoup de choses... Vous pourriez m'en dire plus...?

La jeune femme tendit le livre au magicien. Gandalf fronça les sourcils. Il prit le livre entre ses mains et le regarda pendant quelques temps, le lisant avec attention. Après de longues minutes, trop longues pour Laeenia, il finit par lui dire.

Vous avez trouvé ici le livre des Maîtres du Savoir, offert aux hommes par les elfes lorsqu'Elendil a fondé Minas Anor durant le deuxième âge. Il y avait en ces temps des elfes qui croyaient encore en la sagesse des hommes. Aussi offrirent-ils à ces derniers nombreux ouvrages et cadeaux qui étaient censés leur apporter sagesse et les guider dans la voie qui était désormais la leur. Seulement... En ouvrant ce livre... Les hommes se sentirent dupés. Comme vous l'avez constaté, il est écrit en langage elfique. En quenya, précisément. Même les elfes de ce temps ne le parlent pour ainsi dire plus... Ce livre fut donc jeté aux oubliettes, rangé dans ces étagères, loin des yeux des hommes bafoués par ce cadeau. Mais... Ils ignoraient tout de ce livre...

Laeenia avait appuyé ses coudes sur la table et tenait sa tête avec ses mains, la bouche entre-ouverte. Gandalf, lui, continuait.


Il existait en réalité un second livre... Un livre jumeau à celui-ci, dont les formules et les incantations étaient identiques à celles du livre écrit en quenya. Néanmoins... Le premier livre contenait des énigmes destinées à trouver le second. Seulement, les hommes, trop pressés, trop avides de pouvoir, pas assez patients... N'avaient jamais percé le mystère de ce livre. Puis il était finalement devenu une légende et on oublia l'existence de ce fabuleux ouvrage.

Laeenia regardait le livre avec de grands yeux ronds. Comment les hommes avaient-ils pu passer à côté d'un ouvrage contenant un grand savoir elfique ? Déjà les questions fusaient dans son esprit.

Mais ! Que contient ce livre ? Est-ce un pouvoir elfique ? Car vous avez parlé d'incantations et de formules !

Gandalf fit un sourire malicieux à la jeune femme. Si elle avait trouvé ce livre, ce n'était pas un hasard, après tout...


Eh bien... Ce livre confère à son détenteur un pouvoir très conséquent pour un homme. Oh, bien entendu, il ne rivalise pas avec le pouvoir des magiciens, mais il permet néanmoins à celui qui le possède et le maîtrise un savoir tel qu'il pourra faire appel aux forces de la nature pour se défendre et protéger ses alliés. Bien entendu, seul un coeur pur et avide de connaissances nobles et ayant pour but de faire le bien autour de lui pourra dévoiler son pouvoir. C'est sans doute pour cette raison qu'aucun homme n'a encore réussi à mettre la main dessus.

Le magicien gardait son air malicieux. Il pencha la tête légèrement en avant, ses yeux gris presque cachés par son nez proéminent, perçant le regard de la jeune femme.

Enfin jusqu'à aujourd'hui... Hum... Après tout pourquoi pas... On vous offre ici une bonne énigme ! Pourquoi n'essayeriez-vous pas de retrouver cet ouvrage, après tout ! Sachez simplement que celui-ci, écrit en langue elfique, vous ouvrira la voie vous permettant de trouver le second ! Car après tout, les maîtres du savoir elfiques ont toujours particulièrement été friands d'énigmes en tous genres.

Faramir, qui, de son côté, s'ennuyait ferme avec cet histoire de livre à laquelle il ne croyait absolument pas, regarda Gandalf rendre le livre à Laeenia et se mit à bailler.

Assez de cette histoire à dormir debout... Contez-nous plutôt votre dernier voyage,Mithrandir !

Gandalf releva les sourcils et tira une longue latte sur sa pipe. Un rend nuage de fumée parfumée lui sortit des narines et il commença.

Hum... Moui, singulière histoire qui m'a mené jusqu'aux portes du roi Théoden ! Figurez vous que le bougre avait...

Mais Laeenia ne l'écoutait plus. Déjà elle feuilletait mécaniquement les pages. Il fallait qu'elle trouve ce livre... A tout prix !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanderiel
Admin / Brandir
avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 02/07/2016
Age : 28
Localisation : Bzh

MessageSujet: Re: Laeenia, Maîtresse du Savoir du Gondor   Jeu 22 Sep - 12:10

Trois ans plus tard...



Les armes s'entrechoquaient dans la salle d'entraînement. Au milieu de la piste, Derufin et Duilin, les jumeaux, fils de Duinhir, se battaient à deux contre un, face à Faramir. Dans les gradins, plus haut, Laeenia était plongée dans ses livres. Voilà maintenant plus de trois ans qu'elle était en possession du livre du savoir et elle ne trouvait pas le moindre indice. Pas le moindre. Elle l'avait retourné dans tous les sens, avait essayé de lire l'elfique à l'envers pour voir si des lettres apparaissaient au travers des pages... Rien. Elle ne voyait absolument rien. Elle avait trouvé quelques parchemins sur les textes anciens et espérait peut-être y trouver un indice... Sans grande conviction.


Eeeeh ! Laeenia !!! Tu pourrais au moins regarder ton cher et tendre se prendre une déculottée !!

Laeenia leva la tête de son parchemin, les sourcils froncés. Plus bas, Derufin était assit sur Faramir qui était face contre terre, l'immobilisant, pendant que Duilin, hilare, tenait les jambes du pauvre fils de l'intendant. Laeenia fronça les sourcils devant pareil spectacle.


Ce n'est pas mon cher et tendre, Derufin ! Tu le sais très bien ! Et c'est absolument injuste, vous êtes deux contre lui ! Et pas les plus tendres, en plus !

Au moment où elle parlait, la porte s'ouvrit à la volée. Boromir entra dans la salle d'entraînement. Il n'était plus le jeune freluquet qu'il avait été huit ans plus tôt. Il était devenu un grand et bel homme, à la carrure bien mieux bâtie et de nombreux centimètres en plus. Une barbe avait prit place sur son visage et ses cheveux longs lui donnaient un air sévère. Néanmoins, son regard trahissait sa nature et surtout l'adolescent qui sommeillait encore en lui. Arrivé au niveau de Laeenia, il croisa le regard de la jeune femme qui n'avait pas dénié lui adresser le moindre mot. Mais lorsqu'elle posa son regard sur lui, il s'empressa de tourner la tête.


Laissez donc ce pauvre Faramir ! Vous feriez mieux de trouver un adversaire à votre taille !


Derufin s'appuya sur la tête de Faramir pour se relever, lui faisant mordre la poussière une dernière fois. Les bras croisés, lui et son frère Duilin toisèrent Boromir du regard, un sourire malicieux au visage.


Oooooh voilà donc ce CHER Boromir ! Tu es venu sauver l'honneur de ton frère, ou bien parader auprès de la d'moiselle ? Ehbien viens donc, puisque t'as l'air si malin, avec ta cape et ton épée ! On t'attend, ta majesté !

Boromir leva les yeux au ciel en souriant. Décidément ces deux là n'en avaient jamais assez.

Pendant ce temps, Faramir se relevait, recouvert de terre, le visage sali, une légère égratignure à la joue. Après s'être débarassé du plus gros de terre, il rejoignit Laeenia dans les gradins. Cette dernière lui époussetait légèrement les épaules afin d'enlever le surplus de poussière. Mais alors que Boromir allait ouvrir la bouche pour répliquer, c'est la jeune femme qui prit la parole.

Serais-tu jaloux, Derufin, pour insinuer que Boromir vient parader devant moi ? Ou penserais-tu que la présence de ton frère à tes côtés te rende suffisamment fort pour te rendre intéressant à mes yeux et ainsi détourner mon attention du GRAND et FIER héritier de l'intendance du Gondor ? Eh bien je serais curieuse de voir cela ! Je suis sûre que Boromir vous mettra tous les deux à terre avant que vous n'ayez eu le temps de dire Minas Tirith !

Les bras croisés, Laennia regarda Boromir avec attention. Le menton légèrement relevé, elle avait hâte de voir ce qu'il allait répliquer. Contre toute attente, il se tourna vers la jeune femme, une main sur son épée, l'autre sur sa hanche, un sourire radieux au visage.


Et si je leur donne une bonne leçon, qu'est-ce que j'y gagne, Laeenia...?

Soutenant son regard, Laeenia ne s'attendait pas du tout à ce genre de réponse ! Elle ouvrit la bouche pour parler mais c'est finalement Faramir qui, juste derrière elle, répondit.

Elle acceptera d'aller se promener sur les rempares en ta compagnie !

Laeenia se retourna alors brutalement vers son ami. Ce dernier haussa les épaules, un large sourire aux lèvres. C'était bien la peine qu'elle prenne sa défense ! Se retournant vers Boromir, elle fur encore plus étonnée de sa réaction à lui.

Très bien, ça me convient !

Laeenia, bouche-bée, le regardait enlever sa cape et descendre dans l'arène.  Ce petit jeu était en train de se retourner contre elle !

Le spectacle fut très rapide. En quelques mouvements, Boromir commença par mettre à terre Derufin qui n'eut pas le temps de parer, alors que Duilin tentait tant bien que mal se contrer le jeune officier comme il le pouvait. Laeenia tourna la tête vers Faramir qui ricanait de son côté.

Tu ne devrais pas te réjouir !
Le réprima-t-elle Il leur a mit une déculottée là où toi tu as mordu la poussière ! Et il sera suffisamment arrogant pour te le rappeler à chaque fois que l'occasion se présentera ! J'avais l'intention de lui faire fermer son caquet, et tu as tout gâché...

Boromir l'interrompit alors, au milieu de l'arène, un large sourire aux lèvres. De son pied droit, il maintenait Derufin au sol alors que de sa main gauche, il tenait Duilin par les cheveux, obligeant ce dernier à rester à genoux à ses côtés.


Eh bien Laeenia, il semblerait que j'ai gagné...! Alors, cette petite promenade...?


Soupirant, Laeenia se releva des gradins, rassemblant ses affaires dans un grand sac en toile qu'elle portait à l'épaule. L'air hautain, elle marcha vers la sortie. Arrivée devant la porte, elle se retourna, toisant Boromir du regard.

Dépêches-toi, je n'ai pas que cela à faire !!!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanderiel
Admin / Brandir
avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 02/07/2016
Age : 28
Localisation : Bzh

MessageSujet: Re: Laeenia, Maîtresse du Savoir du Gondor   Mar 1 Nov - 9:06

Le soleil était à son zenith en cette journée printanière et Laeenia plissa les yeux lorsque la lumière du soleil vint irriter sa rétine. Son livre dans les mains, serrés contre sa poitrine, son sac sur les épaules, elle commença à marcher d'un pas décidé le long des rempares, Boromir à ses côtés. Le jeune capitaine du Gondor souriait sans s'en rendre compte, la regardant marcher un pas devant lui.

Laeenia était l'un des plus belles filles du Gondor. Elle était comme un cheval sauvage qu'on aurait peine à dresser. Comme un lion en cage, comme un oiseau incapable de s'envoler. Et c'était tout cela qui plaisait énormément à Boromir. Il avait vu la petite fille impertinente devenir une magnifique jeune femme au caractère bien trempé. Certes, elle n'était pas de noble naissance, mais son père, le capitaine Ormatar, dirigeait les gardes de la citadelle d'une main de fer. Oui, de tout Minas Tirith, Boromir ne voyait aucune autre femme suffisamment digne de devenir un jour son épouse. Mais voilà... Il ne s'était jamais réellement posé la question quand à son titre, à la personne qui devrait un jour devenir sa femme... Il ignorait que dans quelques années, il serait fiancé, mais certainement pas à Laeenia. Pour l'instant, il espérait secrètement qu'elle deviendrait un jour sa femme.

L'étole de la robe de Laeenia virevoltait à chaque pas qu'elle faisait. Inconsciemment, comme hypnotisé par le mouvement du tissus transparent, il tendit la main pour l'attraper. Mais Laeenia s'arrêta et Boromir fut comme sorti soudain de sa torpeur. La jeune femme se retourna vers le capitaine et il s'empressa de ramener sa main où elle devait se trouver.


Alors ? Es-tu satisfait ? Me voilà à tes côtés, mon capitaine ! Quel meilleur endroit pour une promenade que les rempares... Face au Mordor... Entourés de gardes. Que c'est romantique.

L'air blasé de la jeune femme en disait long. Il fallait qu'il trouve quelque chose, au moins pour la faire sourire. Alors que Laeenia avait posé ses coudes sur le muret des rempares, Boromir remarqua que de petites fleurs avait poussé à travers les pierres. C'était des campanules, de petites fleurs violettes magnifiques qui allaient parfaitement avec le blanc calcaire des pierres de la citée.

Cueillant délicatement une petite fleur entre ses doigt, il la fit tourner doucement et dit, ignorant ce que venait de dire Laeenia.

Tu sais ce qu'on dit de cette fleur ? On dit qu'elle ne pousse que sur la roche. On dit qu'elle embellit les plus tristes murs. On dit qu'elle transforme les endroits les plus austères en endroits délicats et empreints de poésie. En fait, Laeenia, cette fleur me fait penser à toi.

Laeenia releva la tête vers le capitaine du Gondor. Son regard croisant celui de Boromir, elle regarda ensuite la fleur qu'il tenait entre ses mains, se muant dans le silence.


Car... Comme cette fleur, tu rends la citée plus belle, moins austère, empreinte de poésie et.. Tu nous rends tous beaucoup moins brutaux que nous semblons l'être...

Esquissant un sourire, Boromir tendit la fleur à Laeenia, qui posa son livre contre le muret, avant de prendre délicatement la fleur entre ses doigts. Elle lui rendit son sourire avant de dire en riant légèrement.

Ca a déjà fonctionné avec une fille, ce genre de discours ? Honnêtement...

Boromir leva les yeux au ciel en continuant de sourire. Rien ne pouvait donc la dérider, elle était constamment obligée de revenir à la charge.

Je ne sais pas, c'est à toi de me le dire ?

Laeenia plissa les yeux, regardant toujours Boromir. Un sourire amusé au visage, elle se détourna de lui et prit son livre entre ses mains, commençant à le feuilleter. Le capitaine du Gondor lui prit alors des mains.

Quel est ce livre qui te suit comme ton ombre ? Il est impossible de te parler sans que tu ne le feuillette constamment...

Boromir Commençait à le feuilleter. Quoi, ce livre était en elfique ? Mais quel intérêt Laeenia pouvait-elle bien lui porter ? La jeune femme, elle, ne trouvait pas du tout cette blague à son goût et commença à froncer les sourcils.


Rends-le moi, Boromir ! Il m'a été confié par Mithrandir et j'y tiens !

Elle essaya de le rattraper, mais le capitaine du Gondor tendit le bras au dessus de sa tête, rendant le livre hors de portée de Laeenia. Celle-ci se mit sur la pointe des pieds, tentant de le rattraper, posant sa main sur le torse de Boromir pour s'en servir comme appui. Le capitaine du Gondor profita de l'occasion pour passer son bras autour des hanches de Laeenia qui se retrouva malgré elle coincée dans le piège qu'il venait de lui tendre.

Tu devrais avoir d'autres préoccupations qu'un livre dans une langue étrangère, Laeenia...

La situation était des plus gênantes pour Laeenia. Ele détestait se sentir prisonnière et la démarche du capitaine Boromir ne lui plaisait guère ! Elle savait ce qu'il avait en tête. Elle croisa alors son regard et sentit le rouge lui monter aux joues. Tentant de nouveaux de s'intéresser à son livre plutôt qu'au jeune homme, elle remarqua alors quelque chose.

Le soleil se reflétait entre les pages du livre. En transparence, on pouvait apercevoir un liserai qui semblait incrusté dans la page. Invisible à l'oeil nu, il ne pouvait être révélé que par la lumière qui venait briller avec force entre les pages. Écarquillant de grands yeux, elle se mit à sourire à pleine dents, oubliant un instant Boromir. C'était ça ! C'était la réponse à l'énigme !

Elle réussit à rattraper son livre alors que Boromir avait légèrement baissé son bras, et se défit de son étreinte avant de lui tourner le dos. Ouvrant le livre en grand, elle fit briller les pages au soleil. Chaque page contenait un trait différent, situé à un endroit totalement aléatoire, semblait-il, par rapport à la page précédente. Laeenia trépignait de joie. Enfin elle avait trouvé. Se tournant de nouveau vers Boromir, elle sautillait sur place.


C'est ça !!!! C'est ça !!! La solution que je cherchais !!! Tu as trouvé la réponse !!! Il faut que je le dise à Faramir !

Laeenia commença alors à partir dans la direction opposée, son livre dans les mains, passant à côté de Boromir sans le regarder. Après avoir fait quelque mètres, elle s'arrêta net et se retourna vers le capitaine du Gondor et s'avança de nouveau vers lui. Se mettant sur la pointe des pieds, elle déposa sur sa joue un délicat baiser.


Merci... Merci beaucoup, Boromir !


Alors qu'elle tenait toujours entre ses doigts la petite fleur qu'il lui avait donné, elle en profita pour la mettre entre les pages de son livre, comme on le ferait pour un herbier. Regardant le jeune homme avec un sourire malicieux, elle se retourna ensuite et se mit à courir vers la citadelle. Boromir, lui, resta sur place, bouche-bée, incapable de comprendre ce qui venait de se passer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanderiel
Admin / Brandir
avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 02/07/2016
Age : 28
Localisation : Bzh

MessageSujet: Re: Laeenia, Maîtresse du Savoir du Gondor   Lun 7 Nov - 11:15

Il devait être environs midi. Laeenia avait réquisitionné de gré ou de force Faramir à venir le rejoindre séant au balcon de ses appartements. Le pauvre bougre était avachis sur la table, face à une Laeenia fébrile. Lui, avait faim.

C'était OBLIGATOIRE de se retrouver à cette heure précise où mon estomac crie famine ?


Face à lui, point de victuailles. Mais Un grand parchemin sur lequel Laeenia avait tracé de nombreuses lignes et ressemblait à première vue à une sorte de plan. A côté d'elle, son livre elfique était posé. Elle allait encore se lancer dans de longues explications...


Grâce à ton frère (pour une fois qu'il est utile, celui là...), j'ai enfin compris quel secret cachait ce livre !


Laeenia attrapa alors le livre et ouvrit une page au hasard et montra à Faramir, grâce à la lumière du soleil, le liserai qui se reflétait par transparence entre les pages. Reposant le livre, elle expliqua alors.

J'ai constaté que chaque page contenait un trait à un endroit qui semblait aléatoire... Ou des espèces de symboles incompréhensibles... Et finalement, je me suis rendue compte qu'en retraçant tous ces traits sur un parchemin... Cela me donnait... Un plan ! Et regarde ! C'est un plan de la salle du trône ! J'en suis sûre et certaine ! Je sais maintenant exactement où ce trouve le second livre ! Seulement...


Faramir l'interrompit alors d'un signe de la main, un regard blasé au visage.

Seulement tu as besoin de moi pour y accéder parce que seule, tu ne peux pas t'y rendre... Tu compte donc sur mon bon service pour t'y faire entrer...

Un large sourire aux lèvres, Laeenia regardait son ami avec un regard de biche. Faramir leva les yeux au ciel et dit alors.


Bien... BIEN. Mais qu'est-ce que j'y gagne, en échange ?

Laeenia haussa les épaules et proposa.

Je t'invite à déjeuner ensuite...

Faramir soupira, leva les yeux au ciel et, dans un mouvement, se mit debout.


Bien... Mais je te préviens ! Trouves ton maudit grimoire rapidement !

-----------------


La salle du trône de Minas Tirith était absolument exceptionnelle. Richement décorée de nombreuses statues et semblant s'étirer sans fin, c'était un endroit sombre, contrairement au reste de la cité qui était très lumineuse. Laeenia entra timidement, suivant Faramir. Cet endroit l'intimidait énormément, elle qui avait pourtant toujours été très extravertie.

Bon... Où se trouve-t-il, ton livre ? Je suis venu ici des milliers de fois et je n'ai jamais vu pareil ouvrage....


Laeenia se pencha sur son plan. Commençant à marcher à travers le palais, elle semblait suivre un nombre de pas précis, comme un enfant faisant une chasse au trésor. Ne relevant la tête de son plan que pour s'orienter, elle ignorait Faramir qui, pour sa part, n'arrêtait pas de soupirer. Soudain, elle se stoppa net.


Devant elle se tenait une grande statue d'un elfe qui semblait la fixer. Cet elfe tenait un immense bouclier. Laeenia la regarda bouche bée. Cet elfe semblait la regarder avec attendrissement, mais quelque chose en lui semblait aussi dur et tendait au respect. Faramir regarda la statue, beaucoup moins impressionné. Haussant les épaules, il dit simplement.

Bah quoi ? C'est la statue de Gil Galad. Il mena autrefois l'alliance des hommes et des elfes dans la grande guerre contre Sauron. On dit qu'il avait aidé les rois de Numénor à fuir et à créer le Gondor. La légende raconte qu'il est mort de la main de Sauron et...

Laeenia interrompit alors Faramir.

Et c'est lui qui a offert ces ouvrages aux hommes.

Poussant la petite plaque sur laquelle se trouvait le nom de l'illustre elfe, elle remarqua qu'elle bougeait. Appuyant un peu plus fort, la plaque bascula en avant, retenue par deux petites charnières. La plaque cachait en réalité une sorte de coffre fort. A l'intérieur, on pouvait trouver un livre. Il était identique à celui que possédait Laeenia, à un détail près. Celui-ci était en langue commune.

Les yeux de Laeenia brillaient. Enfin elle avait retrouvé ce livre oublié ! Enfin elle avait en sa possession les ouvrages des maîtres du savoir. Elle se retourna alors vers Faramir, un large sourire aux lèvres.


Je te dois un déjeuner, je crois...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwaldorin
Frère
avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 09/07/2016
Age : 19
Localisation : Quelque part

MessageSujet: Re: Laeenia, Maîtresse du Savoir du Gondor   Mer 9 Nov - 10:00

Hahaha l'amûûûûûr des jeune tourtereaux :p Je doit dire que j'adore suivre l'espèce de chasse au trésor de Laeenia, l'histoire est super original, et le style très plaisant a lire ^^ J'ai hâte de voir ce que la suite lui réserve ^^

_________________
"Dieu a fait des hommes grands et d'autres petits, je les ai rendus égaux." Samuel Colt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanderiel
Admin / Brandir
avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 02/07/2016
Age : 28
Localisation : Bzh

MessageSujet: Re: Laeenia, Maîtresse du Savoir du Gondor   Jeu 17 Nov - 22:42

Deux ans plus tard...

Capitaine Ormatar ! Des orques se dirigent vers le fleuve ! Il y en a un bon nombre !

Le soldat, chargé du poste d'observation au bout de la jetée avait fait au plus vite pour prévenir son supérieur. Ormatar, occupé à envoyer la garde faire sa ronde dans le palais, se tourna vers le garde. Les sourcils froncés, il ordonna simplement.

Envoyez une missive au capitaine Boromir, qu'il envoie une patrouille au bord du fleuve, pour estimer leur nombre.

Laeenia, qui se trouvait derrière une colonne, écoutait son père parler à ses hommes. Doucement, elle se faufila jusqu'au niveau des maîtres et descendit rapidement, bien plus vite que le garde qui était encombré par son armure. Arrivée au premier niveau, elle monta à cheval et se dirigea au galop vers le fleuve, sans épée ni bouclier, ni même aucune armure... Seule arme avec elle ? Son livre.

Alors qu'elle arrivait à la moitié du chemin, elle récita une formule. Comme par magie, un ours polaire de plusieurs pieds de haut apparu, courant derrière le cheval de Laeenia.


Contente de te voir, Aglar ! Allez, c'est parti ! On va leur montrer ce qu'on sait faire !!!


L'ours qui était apparu, Laeenia ne se l'expliquait pas vraiment. Un jour, alors qu'elle s'amusait à voir à quoi correspondait chaque formule de ce livre fraîchement traduit, elle avait remarqué une formule qui "invoquait un gardien si fort et si puissant qu'il protégerait son maître si l'ennemi venait à être en surnombre". Quelle n'avait pas été sa surprise (et sa frayeur) lorsqu'elle vit cet ours apparaître ! Mais, comprenant qu'il ne lui voulait aucun mal, elle avait appris à le connaitre. Désormais, elle le nommait Aglar et il était son plus fidèle compagnon.

Laeenia arriva bientôt au fleuve. Les orques étaient beaucoup trop nombreux, en réalité ! Près d'une trentaine, ils montaient un camp. Hélàs, Laeenia ne savait pas se battre et elle n'était pas non plus la reine de la discrétion. Bientôt, les orques la repérèrent et foncèrent vers elle.

La jeune maîtresse du savoir recula de plusieurs pas, les yeux écarquillés. Récitant au hasard les quelques formules qu'elle avait appris, elle fit tomber, venue de nulle part, la foudre sur l'un des orques, qui fut réduit en cendre. Les autres s'arrêtèrent net, ne comprenant pas ce qui venait de se passer. Leur hébétement fut suffisant pour qu'Aglar leur fonce dessus. Le combat faisait rage, mais leur infériorité numérique se fit rapidement sentir. Mais soudain, le cor sonna.

Venus de la citadelle, elle vit des cavaliers accourir. Laeenia se retourna alors vers eux, voyant les chevaux arriver au loin. Un sourire plein d'espoir aux lèvres, elle sentit soudain un coup énorme lui fracasser le crâne. Et puis... Plus rien. Le néant.




La lumière vint bientôt frapper les paupières de la jeune femme qui ouvrit lentement les yeux. La blancheur de la pièce où elle se trouvait l'éblouissait. Elle était allongée dans un lit qui n'était pas le sien. Les draps immaculés l'éblouissaient tout autant que la lumière. Une forte douleur à l'arrière de sa tête se fit soudain sentir. Levant à peine sa main jusqu'à sa tête, elle constata seulement qu'un bandage enserrait son crâne. Que s'était-il passé...?

C'est alors qu'elle le vit. Assit à ses côtés, il lui tenait la main. Laeenia ne distingua pas tout de suite son visage. Dans le fond de la pièce, une ombre montrait que quelqu'un se tenait debout, devant le lit. Tout était flou et la jeune femme ne distinguait pas encore les formes. C'est alors que la voix, lointaine, arriva à ses oreilles.


Ca y est, elle revient à elle... Laeenia... Laeenia...? Tu m'entends ? Comment te sens-tu ?


La voix parue soudain plus claire. Assise à ses côtés, lui tenant la main, il ne s'agissait pas de Faramir, comme elle l'avait pensé dans un premier temps, mais de Boromir. Son regard était à la fois inquiet mais soulagé d'une certaine manière. Tournant la tête, elle vit, au bout du lit, les bras croisés et le regard accusateur, son meilleur ami la regarder d'un air réprobateur. Faramir semblait en colère contre elle. Soudain, et pour la première fois, elle trouvait Boromir bien plus réconfortant que Faramir. Elle se tourna donc vers l'ainé des deux frères.


Où suis-je... Qu'est-ce que... Qu'est-ce qui s'est passé...?


Instinctivement, Boromir caressa la main de Laeenia. Son regard était tendre et l'entendre parler l'avait rassuré.


Tu es à l'auspice, Laeenia... Tu as été attaquée par les orques... Tu as pris un violent coup à la tête, mais tout va bien... Tu as été sauvée... Nous t'avons sauvée. C'était une véritable malchance que tu te sois trouvé à cet endroit, surtout lorsque l'on sait que tu n'étais pas armée... Mais tout va bien, Laeenia... Tout va bien...

Bodomir passa sa main sur la joue de Laeenia, qui ferma les yeux un quart de secondes.

Une chance que nous soyons arrivés... Sans ça tu aurais pu... Oui... une chance...

Faramir s'avança alors d'un pas, posant sa main sur l'épaule de son frère. Agacé, le cadet n'aimait guère voir son frère s'épancher de cette manière, surtout en sa présence. Même si les sentiments qu'il portait à Laeenia sautaient aux yeux, il n'aimait guère qu'il agisse ainsi en sa présence. Cette vision lui donnait la nausée.

Allez, viens, laissons-la. Le capitaine Ormatar voulait la voir seul... Viens,sortons.

Alors que Boromir sortait, Faramir fit un pas en arrière et jeta doucement sur le lit le livre de Laeenia.

J'ai retrouvé ça, sur place... Et j'ai vu l'ours. Il a disparu quand tu t'es prise un coup sur la tête... Il va falloir qu'on discute, Laeenia. Ta présence n'était pas un hasard. Pas du tout...

Alors que le capitaine Ormatar entrait dans la chambre de sa fille, Faramir sortit, s'inclinant légèrement devant le père de son amie. Non, décidément, cette conversation n'était pas terminée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanderiel
Admin / Brandir
avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 02/07/2016
Age : 28
Localisation : Bzh

MessageSujet: Re: Laeenia, Maîtresse du Savoir du Gondor   Jeu 1 Déc - 16:17

Des épées s'entrechoquaient. Dans les gradins, trois spectateurs regardaient ce combat pitoyable entre deux êtres d'une force totalement opposée. Duillin, Derufin et Faramir ne savaient que penser de ce qui se tramait sous leurs yeux.

Je vous parie qu'elle lui colle une gifle avant la fin de l'entraînement ? Elle a l'air bien remontée !

Derufin, qui mangeait dieu-sait-quoi en regardant le spectacle avait un sourire malicieux au coin des lèvres. Il rêvait de ce jour où Laeenia collerait une claque à Boromir. Oui, il en rêvait parce qu'il estimait que cela serait amplement mérité. A côté de lui, son frère lui répondit, avec une voix amusée.

Oh arrêtes, elle va finir par le couper en deux ! Mais comme il aura paré, elle sera encore plus énervée et du coup... oui tu as raison, on en finit toujours à une paire de gifles...

Faramir, exaspéré, leva les yeux au ciel avant de se tourner vers ses deux amis.

Vous n'êtes pas censés retourner à vos garnisons, vous deux ?! Je sais que votre service pour l'armée du Gondor touche à sa fin, mais quand même...?

Derufin, qui ne quittait pas le spectacle des yeux, poussa légèrement Faramir de la main et sourit.

Naaaaaaaaan... C'est notre journée de permission ! Et puis laisses-nous un peu profiter ! Nous repartons pour la Racine Noire la semaine prochaine et on aimerait vraiment connaître la fin de l'histoire entre ces deux là avant notre départ, alors ne gâches pas notre plaisir, s'il te plait !

Faramir soupira avant de regarder de nouveau le spectacle offert gracieusement par Boromir et Laeenia.

Mmmouais... Bah vous n'allez pas me manquer.




En contrebas, Laeenia et Boromir se tenaient en position de combat. Laeenia, une épée à la main, était habillée comme un homme et ses cheveux étaient "attachés"... Bien que l'effort qu'elle fournissait l'avait partiellement décoiffée.

Allez Laeenia, du nerf bonsang ! Ton père m'a demandé de t'enseigner quelques passes, et franchement ce n'est pas si compliqué !

Laeenia, qui tenait fermement son épée à deux mains, droite comme un piquet, semblait totalement crispée sur son épée.

Et puis détends-toi un peu !!! Regardes-moi ça ! On a l'impression que tu t’apprêtes à recevoir toute l'armée du Mordor dans la figure !

Oooooooh ça va, hein !!! Tu appelles ça m'enseigner quelques passes ?! Mais tu n'arrêtes pas de faire voler mon épée depuis tout à l'heure !!!

Boromir leva les yeux au ciel. Elle était particulièrement impossible à vivre.

Si tu te détendais, je ne ferais pas voler ton épée ! Et puis je te rappelle que c'est une épée à une main, pas à deux ! Alors mets toi en position, et en garde !

Après quelques éclats de métal dû aux épées s'entrechoquant, encore une fois, l'épée de Laeenia fit un magnifique vol plané. S'écrasant mollement sur le sol dans un grand bruit de fracas, l'épée de Laeenia resta inerte au sol. La jeune femme se retourna vers l'épée puis vers Boromir, le visage rouge de colère.

Ca suffit ! Tu l'as fait exprès !!!

Quoi ?! Mais pas du tout ! Ca n'est pas de ma faute si tu es incroyablement mauvaise !!!


La jeune femme replaça ses cheveux derrière ses oreilles avant de s'avancer vers le jeune homme, rouge de colère.

Alors si je suis si mauvaise, pourquoi est-ce que tu t'embêtes à perdre ton temps ? Et le mien, par la même occasion ?! Laisse moi tranquille ! Je n'ai pas besoin qu'on m'apprenne à me servir d'une épée !

Boromir rangea son épée dans son fourreau et fit un pas en avant vers Laeenia. Les bras croisés, il fronça les sourcils.

Je reçois mes ordre de ton père, Laeenia ! Il ne veut pas que tu te retrouves de nouveau au milieu d'orques sans pouvoir te défendre ! Alors maintenant reprends cette épée !

S'en était assez pour la jeune femme.

Non mais je rêve ! Je rêve, Boromir ! Je me fiche de ce que mon père a pu te demander !!! Personne ne t'a demandé de venir me sauver à chaque fois qu'il m'arrive quelque chose !

Effectivement, Laeenia, personne ne me l'a demandé ! Mais pourtant, j'arrive toujours à être là au bon moment pour te tirer d'affaire ! Et je ne pourrais pas toujours être là !!!

Laeenia s'approcha de nouveau du capitaine du Gondor. Les poings serrés, elle n'était plus qu'à quelques centimètres de lui. Rouge de colère, elle le regarda avec rage. D'un air hautain et en hurlant presque, elle lui demanda.

Eh bien tant mieux ! J'en ai par dessus la tête de t'avoir sur le dos ! Et on peut savoir POURQUOI le capitaine Boromir se débrouille toujours pour voler à mon secours ? Hum ? On peut savoir POURQUOI le GRAND capitaine Boromir arrive toujours au moment où j'aurais peut-être besoin de lui, pour me défendre ?! Je ne t'ai rien demandé ! Alors pourquoi, hein ? POURQUOI ?

C'est alors que, sans réfléchir et dans la rage qui l'inondait, Boromir répondit du tac au tac.

C'EST PARCE QUE JE T'AIME, LAEENIA !!!!

C'est alors qu'un silence de mort envahit la salle d'entrainement. Dans les gradins, Duillin, Derufin et Faramir étaient bouche bée. Derufin en fit même tomber la bouchée qu'il s'apprêtait à avaler au sol. En contrebas, Laeenia regarda Boromir les yeux écarquillés. Jamais il ne lui avait dit clairement. C'était une sorte de tabou, de sujet imprononçable. Une évidence impossible à dire, impossible à avouer. Mais voilà, Boromir avait ouvert la cage et tout ce qui en découlait avec. Toutes les conséquences qu'il faudrait assumer avec cette déclaration. Qu'avait-il espéré en disant ça ? Il regardait la jeune femme les yeux écarquillés, surpris lui-même par sa déclaration. Il n'avait pas voulu le dire en cette circonstance. Pourquoi n'avait-il pas pu garder son sang froid ?

Il approcha sa main pour prendre celle de Laeenia, mais cette dernière eut un mouvement de recul. Elle quitta alors la salle d'entraînement en courant, laissant son épée derrière elle. Faramir se leva alors sans réfléchir et couru après sa meilleure amie, lançant rapidement un regard désolé à son frère.

A l'extérieur, Laeenia avait couru jusqu'aux rempares du second niveau. Le souffle coupé, le coeur battant à deux cent à l'heure, elle était toute retournée. Faramir s'avança alors lentement vers son amie, cherchant ses mots. Finalement, il décida de ne pas aborder le sujet de ce qui venait de se passer.


Dis moi, Laeenia... Au sujet de cet ours que j'ai vu, la dernière fois... tu lui as donné un nom...?

Laenia se retourna vers Faramir, surprise. Une main sur le muret, elle lui dit, d'une voix neutre.

Oui... Aglar.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanderiel
Admin / Brandir
avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 02/07/2016
Age : 28
Localisation : Bzh

MessageSujet: Re: Laeenia, Maîtresse du Savoir du Gondor   Jeu 1 Déc - 23:30

C'était une grande soirée qui se préparait à Minas Tirith. Après quatre ans de service, les jeunes hommes du Gondor venus servir l'armée et apprendre à se battre allaient désormais pouvoir rentrer chez eux et défendre leurs terres natales au mieux et rentrer par la même auréolés de gloire... Ou du moins toute la gloire que voudrait bien leur accorder leurs mères. Pour l'occasion, un grand bal populaire avait été organisé au niveau des soldats. La salle des banquets avait été mise à disposition de toute la garnison et les festivités étaient ouvertes à tout le peuple de Minas Tirith. La bière y coulait à foison, la nourriture y était servie en abondance et jamais on avait vu tant de victuailles lors d'une fête semblable.

Les personnes présentes y étaient de milieux divers et variés et bien qu'à majorité populaire, quelques nobles des derniers niveaux de la cité blanche étaient venus s'aventurer au milieu du bas peuple. On entendait parler de cet événement depuis des semaines et pour rien au monde nos jeunes amis n'auraient raté l'événement.

L'intendant, quand à lui, n'avait pas souhaité se rendre à cette fête qu'il n'estimait pas digne de son rang, bien que cela aurait sans doute énormément remonté sa popularité. Il préféra envoyer en représentants ses deux fils qui se retrouvèrent bientôt propulsés à la table d'honneur, Boromir prenant la place de Denethor pour un quart d'heure de gloire.

La musique battait son plein dans la grande salle et des danses populaires y étaient dansés. La plupart des soldats avaient oublié leur sérieux et dansaient sur les tables au rythme de la musique. Les femmes riaient à gorge déployée, c'était une soirée qui rentrerait dans les annales.

Depuis une semaine, Laeenia faisait absolument tout pour éviter Boromir. Elle le fuyait comme la peste, se débrouillant même pour ne pas croiser son regard. Non pas qu'elle lui en voulait, elle était juste incapable de garder son calme en le voyant, ne souhaitant pas du tout se laisser aller à ses sentiments.

Car Laeenia le savait parfaitement, cette histoire était impossible. Elle n'était pas de noble naissance. Même si son père était le plus fidèle des capitaines de toute la ville, ils n'étaient pas nobles. Seule une jeune femme noble pourrait un jour épouser Boromir et elle le savait. Si Boromir ne renonçait pas à elle, c'était son avenir qui était en jeu. Elle préférait donc le fuir et s'assurer une solide défense plutôt que d'avoir le coeur brisé.

La jeune femme était donc au milieu du peuple et dansait avec tout le monde. Derufin avait profité de l'occasion ratée de Boromir pour tenter une approche avec la jeune femme et l'avait invité une bonne partie de la soirée à danser. C'était sa dernière chance, après tout, et qui ne tente rien n'a rien. La fille du capitaine Ormatar riait et tournoyait sur elle-même, s'amusant comme une folle. Bien que son cavalier lui avait écrasé plusieurs fois les pieds, elle ne pouvait s'empêcher de rire devant un si mauvais danseur. Néanmoins il faisait tout pour être le plus exemplaire possible. Laeenia, elle, jetait de rapides coups d'oeil à certains moments vers la table d'honneur.

Boromir ne la quittait pas des yeux, la regardant danser, les sourcils froncés. Le coude appuyé sur l'accoudoir du fauteuil, la tête posée sur sa main, il n'arrivait pas à détacher son regard de la jeune femme. Si jamais cet idiot de Derufin tentait quoi que ce soit, il l'enverrait en garnison au milieu du Mordor, ça lui ferait les pieds ! A sa gauche, Faramir regardait la scène en souriant.

Quand comptes-tu prendre la place de son cavalier ? Tu sais, elle va finir par céder à ses avances, c'est évident... Tu ne peux quand même pas rester là sans rien faire, si ?

Boromir ne répondit pas à son frère. Il se contentait d'observer la scène en soupirant. Faramir se tourna alors vers lui, l'air agacé.

Mais enfin je ne te comprends pas. Cela fait cinq bonnes années maintenant que je te vois la dévorer du regard ! Pourquoi ne fais-tu rien ? Pourquoi te comportes-tu avec elle comme un idiot ? Je connais Laeenia mieux que quiconque ici, Boromir, et je peux te l'assurer ! Elle t'aime tout autant que tu l'aimes ! Seulement elle se bride parce qu'elle ne s'estime pas digne de toi !

Le jeune capitaine du Gondor se tourna alors vers son frère, décollant sa joue de sa main. Ne parlant toujours pas, il avait désormais accordé toute son attention à son frère.

C'est à toi seul de lui prouver qu'elle a tord ! Alors lèves-toi et vas la voir ! Saisis l'instant avant qu'un autre ne prenne ta place !


Boromir regarda de nouveau Laeenia qui se tenait les côtes tant elle riait. Mais alors que Derufin posait une main sur la hanche de la jeune femme, le jeune capitaine se leva sans même s'en rendre compte. Laeenia tourna alors la tête dans sa direction et leurs regards se croisèrent. Elle repoussa gentiment Derufin qui tourna à son tour son regard vers Boromir. Soupirant, il invita alors Laeenia à boire un rafraîchissement. Cela faisait une bonne demi-heure à présent qu'ils dansaient ensemble.

Ils marchaient vers le comptoir et alors que Laeenia et Derufin buvaient tout en riant, Boromir arriva, droit comme un I, les poings crispés. Derrière le jeune soldat de la Racine Noir, il regarda Laeenia pendant de longues secondes avant de se racler la gorge pour attirer leur attention. Sursautant, Laeenia et Derufin, qui ne l'avaient pas vu, se tournèrent vers le capitaine. C'est donc Derufin qui prit la parole.


Tiens ! Boromir ! On croyait que tu ne descendrais jamais de ton perchoir ! Tu es venu boire un verre avec nous ?

Boromir ne quittait pas Laeenia du regard, qui faisait de même, crispée autant que le jeune homme, serrant son verre de toute ses forces.

Non... Je... Laeenia, est-ce que... Est-ce que tu voudrais danser...?

Laeenia regarda alors un instant Derufin, perdue. Elle regarda ensuite Boromir, balbutiant quelques mots. Derufin soupira avant de sourire à la jeune femme, prenant bien soin de tourner le dos à Boromir pour qu'il ne l'entende pas.

Tu en meurs d'envie, Laeenia... Allez, vas-y... J'aurais tenté ma chance, tant pis pour moi... Et puis... Il ne manque pas de jeunes femmes dans cette fête ! Je suis sûr que je trouverai rapidement une cavalière... Allez... Vas le voir, ton capitaine, cette soirée est à toi !


Laeenia ne répondit pas mais lui lança un regard remplit de gratitude. Il posa alors sa main sur l'épaule de la jeune femme et la poussa doucement vers le capitaine du Gondor.

Mon cher Boromir, elle est toute à toi ! Prends soin d'elle, je t'ai à l'oeil !

Laeenia s'avança alors vers Boromir qui la prit par la main. Elle lança alors un regard à Derufin par dessus son épaule. Déjà le jeune homme était rejoint par son frère jumeau qui était en agréable compagnie. Elle ne pouvait plus reculer à présent.

La danse qui suivait était plus lente et un peu moins festive. Mais cela convenait parfaitement au couple qui s'avançait vers la piste. Le monde disparaissait doucement autour d'eux. Il n'y avait plus personne dans la salle des banquets. C'était une danse de couples qui se dansait à plusieurs, rythmée par des codes, pourtant tout le monde avait totalement disparu à leurs yeux. Plus rien d'autre ne comptait, comme s'ils avaient attendu ce moment depuis des années. L'instant paru durer une éternité mais sembla aussi incroyablement rapide. Déjà la musique cessa et Laeenia et Boromir furent-ils sortis de ce rêve éveillé par les applaudissements avant qu'une autre musique, plus rythmée, ne commence. Ils se rendirent alors compte qu'ils étaient à quelques centimètres à peine l'un de l'autre. Leurs regard plongés l'un dans celui de l'autre, ils ne bougeaient pas alors qu'autour d'eux le monde semblait avoir repris le rythme de la soirée. Laeenia fut la première à sortir de sa torpeur lorsque quelqu'un vint lui heurter l'épaule. Clignant plusieurs fois des yeux, elle balbutia.


Il fait un peu... Trop chaud, ici... Je... Je vais prendre l'air...

A peine avait-elle terminé sa phrase qu'elle quittait rapidement la piste de danse. Le temps qu'il ne comprenne ce qui venait de se passer, Boromir fut bientôt pris au piège par les danseurs qui avaient repris une danse rapide et perdit alors bientôt Laeenia de vue. Il s'extirpa alors de la foule et sortit de la salle des banquets.

La fête continuait à l'extérieur et une foule s'était amassée devant la porte de la salle. Il chercha Laeenia du regard pendant plusieurs secondes avant de finir par l'apercevoir filant dans la rue, éclairée par les torches. Il accéléra alors le pas, la rattrapant.

Laeenia... Attends-moi !

Il l'attrapa par l'épaule, l'obligeant à se retourner. La jeune femme tremblait de la tête aux pieds. Elle avait la tête basse et n'osait pas regarder le jeune homme dans les yeux.

Pourquoi me fuis-tu comme ça ? Laeenia, je t'en prie... Je ne peux pas en supporter d'avantage !

La jeune femme leva alors son regard vers le capitaine et, un regard remplit à la fois de tristesse et de détresse, elle lui dit.

Enfin... Boromir... Tu le sais parfaitement ! C'est impossible ! Nous deux... C'est... Impossible !

Elle détourna de nouveau le regard mais avec douceur, Boromir attrapa son menton entre ses doigts et l'obligea doucement à le regarder.

Laeenia, je me fiche de tout ça... Ce que je t'ai dis... Même si c'était sur le coup de l'émotion... C'était sincère...

La jeune femme poussa alors la main de Boromir d'un geste brusque et recula d'un pas.

Tu es le fils de l'Intendant du Gondor ! Ton destin est tout tracé !!! Et je ne fais pas parti du plan !!! Non, je ne peux pas te laisser gâcher tout ça juste pour moi ! Ca serait injuste pour toi ! Ca serait... Non ! Je ne veux pas être responsable de tout ça ! Et puis que dirait ton père ! Et que dirait le mien !!! Et puis... Et puis !!!

Mais alors qu'elle continuait à se chercher une excuse, Boromir l'attrapa par les hanches et l'embrassa. Pendant de longues secondes il prolongea ce baiser qui n'en finissait pas, serrant un peu plus ses bras autour de la jeune femme. Il rêvait de cet instant depuis des années, n'osant pas faire le premier pas. Mais cette fois, il avait osé. Il l'avait fait. Il avait attendu qu'elle lui envoie les signes qu'il fallait. Mais enfin, cette déclaration, bien que négative, était sincère sur la véracité de ses sentiments.

Lorsqu'enfin il recula légèrement la tête, il posa son front sur celui de la jeune femme. Les yeux fermés, il profitait de l'instant au maximum. Laeenia ne tremblait plus et cette fois, elle n'essayait plus de se dégager.

Je te jure que je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour t'avoir. Je me battrai, Laeenia. Je te le jure, je me battrai pour toi.

C'est alors que la jeune femme, dans un signe d'acceptation, avança ses lèvres doucement vers celle du capitaine. Elle scellait par ce baiser cet accord entre eux. Enfin ce non-dit était levé. Mais elle le savait, bien qu'elle ne voulait pas y penser... Il faudrait désormais faire particulièrement attention. Boromir, lui, se sentait soulager. Finalement il aurait dû écouter son frère depuis le début...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwaldorin
Frère
avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 09/07/2016
Age : 19
Localisation : Quelque part

MessageSujet: Re: Laeenia, Maîtresse du Savoir du Gondor   Ven 2 Déc - 2:14

C'est meugnion !!! Very Happy Il manque plus qu'une scène d'escalade au balcon et on as un spinoff de Roméo et Juliette :p L'amour impossible, l'incompatibilité des rangs et des familles... On as une nouvelle Shakespear dans la conf x)

Non plus sérieusement, j'aime beaucoup les aventures de Laeenia. Contrairement au autre rp présent sur le fofo, il n'as pas vraiment de but, il est juste la pour être la et du coup il as un aura beaucoup plus tranquille et détente que les autres si je puis m'exprimer ainsi. Tout les autres, bien que éxélents, sont très sérieux et charger de toute les émotions du personnage, et c'est normale, après tout on cherche a présenter un perso avec son histoire, ses faiblesses et tout, alors que Laeenia je trouve sont histoire plus simple, sans grande ambitions, et incroyablement plaisant a lire ^^ Un peu comme la pause café autours de la machine avec les copains/copines, c'est un petit truc, mais c'est toujours vraiment agréable je trouve ^^

_________________
"Dieu a fait des hommes grands et d'autres petits, je les ai rendus égaux." Samuel Colt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanderiel
Admin / Brandir
avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 02/07/2016
Age : 28
Localisation : Bzh

MessageSujet: Re: Laeenia, Maîtresse du Savoir du Gondor   Ven 2 Déc - 19:41

Hahaha, merci beaucoup Gwald, ça me fais plaisir ! Lais ne t'en fais pas, ça va bientôt devenir bien pire ! Wink enfin bientôt... Un jour XD !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanderiel
Admin / Brandir
avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 02/07/2016
Age : 28
Localisation : Bzh

MessageSujet: Re: Laeenia, Maîtresse du Savoir du Gondor   Ven 2 Déc - 23:29

Cela faisait désormais trois mois que le bal en l'honneur du départ des jeunes soldats avait été donné. Trois mois déjà. Cela faisait donc trois mois que Laeenia et Boromir s'étaient déclaré leur amour l'un pour l'autre et devaient vivre dans le secret le plus complet. Car ils avaient décidé de ne parler de cette histoire à personne, pas même à Faramir. Car ils savaient que cela pouvait s'arrêter du jour au lendemain. Ils vivaient donc cette histoire avec la plus grande parcimonie.

Néanmoins, lorsque le soleil était couché, ils profitaient de ces instants pour se retrouver seul, à l'abris des regards indiscrets. Leur relation était pour l'instant platonique, essentiellement par pudeur, mais cela ne les empêchaient pas de se retrouver ensemble. Le simple fait d'être au même endroit au même instant sans avoir besoin de faire comme si de rien n'était leur suffisait. Dans la journée, ils retrouvaient chacun leur statut respectif et faisaient comme si de rien n'était.

Il y avait toutefois un détail auquel ils ne pouvaient échapper et qui mettait leur relation à rude épreuve, ainsi que leurs nerfs. Le poste de capitaine du Gondor de Boromir engendrait de nombreuses absences de sa part, envoyé souvent en mission lorsque c'était nécessaire. Cette fois, on lui avait attribué la garde qui, aux yeux de Laeenia, était la plus inutile, la plus stupide et la plus ennuyeuse au monde : la surveillance du lac interdit.

De jour comme de nuit, ce lac était gardé par les soldats du Gondor qui se relayaient régulièrement. Boromir avait été envoyé en soutien pour la prochaine quinzaine, au grand désespoir de Laeenia qui devenait de plus en plus exécrable. Cela faisait à présent une semaine qu'il était parti et la jeune femme devait absolument trouver un moyen de le rejoindre.

C'est alors qu'elle eut une idée... Ingénieuse ! C'était un soir de juillet, et alors qu'elle servait le repas à son père, elle lui dit, d'une voix détachée.


Père... J'ai appris que dans deux jours, la relève de la garde partira pour l'Ithilien pour que la moitié des soldats soient remplacés... J'ai toujours rêvé de m'y rendre... Hors je m'ennuie ferme ici... Faramir est trop occupé à suivre sa formation de futur capitaine du Gondor, les soldats sont tous partis... Je n'ai personne pour me tenir compagnie ! J'aimerais vraiment voyager un peu...

Ormatar posa ses couverts et regarda sa fille, les sourcils froncés. Elle semblait bien trop innocente pour être honnête.


Comment, toi, Laeenia, tu souhaiterais prendre part à cette expédition ?! Voilà une bien étrange requête ! Toi qui ne veux d'habitude jamais t'aventurer plus loin que le Pelenor ! Même aller à Osgiliath est une corvée pour toi !

Laeenia haussa les épaules, le regard fixé sur son assiette.

Oh... C'était valable lorsque j'étais enfant... Mais je vais avoir vingt-et-un ans, à présent... Et puis escortée par les soldats, je ne risque rien... Je te promet de ne pas être un fardeau... Je partirai dans deux jours et rentrerai avec les soldats qui auront été relevés, dans quatre jours. Cela me ferait le plus grand bien...

Elle releva alors son regard plein de malice vers son père, un large sourire aux lèvres.

Je te promet de ne pas m'aventurer dans les endroits qui me seront interdits.

Ormatar soupira et s'intéressa de nouveau au contenu de son assiette.

Bien... Si cela te chante... Après tout Boromir est sur place, je lui fais confiance, je sais qu'il veillera sur toi, et ce malgré toi. Mais je te préviens, Laeenia ! Ces soldats ne son pas là pour s'occuper de toi, une mission leur est confiée ! Ne sois pas un fardeau ! C'est mon honneur qui en dépend ! Qu'aucune mauvaise chose ne me revienne pas aux oreilles ou bien ce voyage sera le dernier !

Laeenia se leva alors, un large sourire aux lèvres et embrassa le front de son père.

Merci, père... Je te le promet !

Ormatar regarda sa petite fille qui n'en était plus une. Soupirant, il ajouta.

Tu es bien étrange, ma fille, ces derniers temps... Oui... Bien étrange...

La journée du lendemain puis la nuit qui suivit furent incroyablement longues. Laeenia n'avait désormais plus qu'une hâte, c'était de voir la tête de Boromir lorsqu'il la verrait !







Deux jours plus tard, à l'aube, le convoi se préparait à partir. Aucun soldat ne rechigna à être accompagné de la jeune femme. Car en plus d'être agréable à la vue, elle était également une joyeuse personne, toujours prompt à rire de bon coeur. C'était en quelque sorte une bonne nouvelle pour eux, car la mission qui les attendaient n'était pas des plus passionnantes.

C'était la première fois que Laeenia pénétrait en Ithilien. Après avoir traversé la ville d'Osgiliath, ils se retrouvaient désormais dans les jardins du Gondor. Jamais Laeenia n'avait vu pareille beauté.
Les pentes montagneuses étaient recouvertes d'une végétation idyllique. La jeune femme était bouche bée par tant de beauté. Tout autour d'elle n'était que merveille. Au point même qu'elle en oubliait qu'ils étaient aux portes du Mordor.

En début d'après midi, ils arrivèrent enfin au campement, au dessus de la cascade surplombant le lac interdit. Laeenia y pénétra avec les nouveaux soldats et se rendit au coeur du camp. Un jeune officier qu'elle connaissait bien l'accueillit.


Dame Laeenia ! Vous ici ? Quelle agréable surprise !

La jeune femme s'inclina devant l'officier. Un large sourire aux lèvres, elle dit.

Oui... J'ai demandé à mon père l'autorisation d'accompagner la relève ! Un grand besoin d'aventure naissait en moi... Le capitaine Boromir est-il ici ? J'aimerais le saluer et lui faire part de ma présence ici.

L'officier inclina la tête et indiqua à Laeenia qu'il était au poste d'observation, au dessus de la cascade. Lui indiquant le chemin à prendre, il la laissa quitter le camp avant d'hocher la tête de droite à gauche en souriant. Laeenia faisait vraiment ce qu'elle voulait de son père !

Alors qu'elle marchait jusqu'au poste d'observation, elle le vite bientôt, lui tournant le dos. Il était accompagné d'un soldat à qui il semblait délivrer des ordre. Dieu qu'il avait l'air sérieux !

Envoyez une patrouille aux alentours... Sait-on jamais, si quelques orques osaient s'aventurer dans les environs. Mais ne vous approchez pas trop du Mordor. Restez aux alentours du camps. Et soyez discrets.

Le soldat hocha la tête et se retourna, puis s'arrêta net, faisant face à Laeenia.

Euh... Capitaine...

Boromir se retourna alors lentement, regardant dans un premier temps le soldat, puis enfin, Laeenia. Bouche-bée, il écarquilla de grands yeux.

Laeenia ?! Mais qu'est-ce que ?! Que fais-tu ici ?!

La jeune femme esquissa un sourire poli.

Bien le bonjour, capitaine Boromir ! Mon père m'a autorisé à me joindre à votre petite communauté pour quelques jours, afin de me faire un peu prendre l'air. J'espère que cela ne posera pas de problèmes...?

Boromir, qui n'en croyait pas ses yeux, balbutia quelques mots avant de réussir à former une phrase constructive.

Euhbehbah....Non... Non bien entendu ! Sois la bienvenue, Laeenia ! J'espère néanmoins que l'austérité du lieu ne te posera pas trop de soucis...

Se tournant vers le soldat qui était toujours planté comme un piquet, il lui dit.

Que faites-vous encore ici ?! Transmettez mes ordres !

Le soldat sursauta et s'exécuta, descendant vers le camp à toute allure. Boromir regarda alors par l'ouverture qu'il était bien descendu et se retourna vers Laeenia, un large sourire aux lèvres. Il prit alors la jeune femme dans ses bras et la souleva du sol avant de l'embrasser avec amour. La reposant, il la regardait comme s'il avait eu une vision. Comme si elle n'était pas tout à fait réelle.

Mais quand ? Comment ? Par quel miracle es-tu ici ?!

Laeenia, très fière d'elle, expliqua à Boromir qu'elle avait prétexté un ennui à Minas Tirith pour profiter du voyage prévu le lendemain qui amenait de nouveaux soldats. Qu'elle avait promis à son père de ne pas être un fardeau et que c'est finalement le fait qu'il soit présent qui avait convaincu le capitaine de la Citadelle d'envoyer sa fille pour quelques jours au grand air.


Boromir éclata alors de rire. Elle était particulièrement incroyable.


Je n'arrive pas à y croire... Je n'arrive pas à croire que tu puisses manipuler à ce point ton père... Le fais-tu avec tous les hommes ? Dois-je m'inquiéter à l'avenir ?

Il caressait doucement la joue de la jeune femme, comme pour s'assurer qu'elle était bien réelle.

Hum, qui sait ? Restes sur tes gardes, mon capitaine ! En tous cas je suis heureuse de te voir et surtout de voir que ma présence t'emplit de joie, car je dois avouer que ton absence commençait sincèrement à me peser... J'espère surtout ne pas être un poids pour vous tous ?

Boromir esquissa un sourire, gardant la jeune femme dans ses bras.

Ne t'en fais pas. Il n'y a rien de plus ennuyeux que de surveiller un lac dans lequel jamais personne ne pénètre. Nous sommes une vingtaine si on compte les soldats qui se relaient... Alors un peu de compagnie pour quelques jours nous remontra à tous le moral ! Tu es bien entendu la bienvenue ! Et ta présence est un soulagement pour moi, car ton image hantait sans cesse mon esprit. Mais je te préviens, Laeenia... C'est un camp de l'armée ici, alors l'austérité est de mise.

La jeune femme éclata de rire.

Suis-je donc une princesse pour que chacun s'inquiète de mon confort ?! Ne t'en fais pas, Boromir... Je ne suis là que pour deux jours, cela me conviendra parfaitement.

Posant sa tête contre le torse du capitaine, elle ferma les yeux, l'enlaçant avec plaisir.

Tant que je peux profiter de quelques instants comme celui-ci, tout me convient.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanderiel
Admin / Brandir
avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 02/07/2016
Age : 28
Localisation : Bzh

MessageSujet: Re: Laeenia, Maîtresse du Savoir du Gondor   Sam 3 Déc - 12:49

L'été puis l'automne s'étaient suivis avec une incroyable rapidité. Déjà l'hiver était aux portes de Minas Tirith et la neige tombait à grosflocons sur la cité blanche. Sur les rempares, une tache rouge venait dénoter cette atmosphère blanche et lourde. Habillée d'une robe en velours et recouverte d'une cape en fourrure rouge sang, on ne voyait que les longs cheveux châtains ondulés de Laeenia à travers sa cape. Son nez était presque aussi rouge que sa cape et un nuage de buée s'échappait de sa bouche à chaque expiration. C'était le matin du 28 décembre et Laeenia était perdue dans ses pensées, regardant l'horizon. Car aujourd'hui... C'était son anniversaire. Elle fêtait ses vingt--un ans et se sentait particulièrement seule.

Faramir était parti à son tour prendre le relais au lac interdit et Laeenia soupçonnait Denethor d'avoir volontairement envoyé son cadet à cette période dans un endroit si reculé et si froid. Quand à Boromir, Laeenia ne le trouvait pas. Il était sûrement quelque part dans la cité, en mission. Toujours est-il que la jeune femme ne l'avait pas encore croisé, mais après tout, il n'était pas encore midi..


Soudain, une main se posa sur l'épaule de Laeenia qui sursauta, perdue dans ses pensées. Se retournant, elle remarqua que c'était son père et lui sourit.



Joyeux anniversaire, ma fille ! Comme te voilà grande, désormais !

Il serra la jeune femme dans ses bras et passa sa main froide sur son visage.

J'ai une très belle surprise pour toi... Le seigneur Denethor m'a convoqué ce matin... Aux vues de l'excellent travail et de mon dévouement pour la citadelle, il t'accorde un honneur incroyable ! A partir du mois prochain, tu recevras une éducation habituellement offerte aux jeunes femme de noble naissance. Aux thermes de cette éducation, tu pourras prétendre à une meilleure vie... Tu pourras entrer dans la haute société, épouser un riche propriétaire terrien, un grand capitaine, ou un seigneur, par exemple...

Laeenia entre-ouvrit la bouche et le referma presque aussi tôt. Elle s'attendait à la suite...

C'est un très grand honneur, qu'il te fait ! Et il paraîtrait que c'est une idée de Boromir...

Laeenia baissa la tête, esquissant un sourire. Son père avait tout compris, c'était sûr. Le capitaine releva le menton de la jeune femme et lui sourit.

Hum... C'est bien ce que je pensais... Il t'aime, n'est-ce pas ? Que puis-je dire? C'est un honneur que le fils de l'intendant aie jeté son dévolu son ma fille unique, et qu'il fasse tout ce qui est en son pouvoir pour être avec elle. Je suis heureux pour toi, Laeenia... Oui, vraiment... Tu ne pouvais espérer mieux...


Laeenia commença alors à marcher le long des rempares, en compagnie de son père. Elle restait silencieuse et cela intriguait son père.

Eh bien...? Laeenia, qu'est-ce qui ne va pas ?

Laeenia haussa les épaules, la tête basse.

C'est un honneur, tout ce qui m'arrive... Mais... Est-ce que je le mérite vraiment...? Je veux dire, je ne suis pas sûre d'être la personne idéale pour devenir un jour son épouse... Soyons honnêtes, je ne suis pas certaine que l'intendant puisse accepter les yeux fermés tout cela sans broncher !


Ormatar s'arrêta et prit sa fille par les épaules.

Laeenia. Boromir t'aime, c'est évident, même pour le seigneur Denethor. S'il a accepté, c'est sans aucun doute parce qu'il a vu que tu rendais son fils heureux. Ne t'en fais pas, ma fille, tu mérites ce bonheur.


Le capitaine serra sa fille dans ses bras. Il savait qu'il était très souple avec elle, néanmoins il devait être à la fois le père et la mère avec elle. Il n'avait pas le choix et ne pas faire preuve d'un minimum d'écoute envers elle serait s'éloigner de sa fille. Il ne pouvait pas aller contre les sentiments qu'elle avait pour le jeune capitaine du Gondor. Autant donc lui donner un petit coup de pouce.

Tu as désormais des appartements à ta disposition au niveau des sages. Cela te permettra d'arriver à l'heure à tes cours. Fais mon honneur et ma fierté, Laeenia !

Il lui tendit alors une clé sur laquelle se trouvait une adresse accrochée. Laeenia, un large sourire aux lèvres, embrassa son père.

Oh.... Merci, papa ! Mille fois merci !!!

Elle partit alors à toute allure pour découvrir cette nouvelle demeure qui serait désormais la sienne. Atteindre le cinquième niveau était un honneur incroyable. Même si cela lui faisait peur, elle sentait l'excitation monter en elle et l'envie d'en voir et d'en savoir d'avantage. On lui offrait une opportunité inespérée ! Finalement, Boromir avait raison. Il faisait vraiment tout pour l'avoir elle et pas une autre...





Laeenia marchait d'un pas décidé, les yeux rivés sur sa clé, ce saint Graal vers la liberté. Sa robe poussait à chaque pas la neige devant elle et lui donnait un air féérique. Arrivée devant la porte, elle releva la tête et tomba nez à nez avec Boromir qui l'attendait, les bras croisés, appuyé contre la porte, un large sourire aux lèvres.

Alooooors ? On dirait que ton père t'a enfin appris la bonne nouvelle ! Joyeux anniversaire, mon amour !

Laeenia ne pouvait s'empêcher de sourire mais fronça également les sourcils, les bras croisés.

Effectivement, oui ! Mais il a compris ta démarche ! Je croyais qu'on devait être discrets ?

Boromir se décala alors vers la droite et, un large sourire aux lèvres, il ajouta.


Tu comptes rester sur le pallier ou bien entrer ? Après vous, mademoiselle !

Laeenia fit alors tourner la clé dans la serrure et entra. On avait mit à sa disposition un magnifique deux pièces sobre mais décoré dans le plus pur style gondorien. On voyait bien que le niveau auquel elle se trouvait désormais était habitué à recevoir de nobles invités. Bien que sobre, la décoration était riche et raffinée. Oui, Laeenia allait être bien ici, bien qu'elle ne se sentait pas réellement à sa place.

C'est magnifique ! Tu réalises de réels prodiges ! Tout ceci est uniquement pour moi ?!

Boromir s'avança vers la jeune femme, un large sourire aux lèvres.

Absolument ! Enfin bien entendu si tu me laisses venir de temps en temps...

Laeenia fronça les sourcils en croisant les bras.

Quoi ? Je plaisantes... Je plaisantes ! Bon... Peut-être souhaites-tu ouvrir mon cadeau...?

Laeenia haussa les soucrils.

Quoi, ce n'est pas ça, mon cadeau ?

Le capitaine du Gondor se mit à rire, sortant de sa poche un petit écrin en cuir.

Hahahaha, non, ce cadeau vient de ton père ! Moi je t'offre quelque chose de bien plus modeste...

Il tendit alors l'écrin de cuir à la jeune femme qui l'ouvrit lentement. A l'intérieur se trouvait un bracelet en argent. Une chaîne fine et délicate était ornée de trois fleurs en argent, serties chacune d'un saphir. Ces fleurs étaient des campanules. Laeenia, qui se rappela la première fois qu'il avait tenté de la séduire, était touchée par ce présent. Elle s'empressa de le passer à son poignet et sourit au capitaine.

Merci... Il est magnifique ! Je ne l'enlèverai plus à présent, je te le promet...

Laeenia enlaça alors Boromir, fermant les yeux. Elle se sentait parfaitement heureuse à cet instant. Mais elle se rappela soudain. Faramir était, quand à lui, loin dans le froid. Un pincement au coeur et un sentiment de culpabilité l'envahit alors. Il faudrait peut-être qu'ils lui disent la vérité, à son retour....

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanderiel
Admin / Brandir
avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 02/07/2016
Age : 28
Localisation : Bzh

MessageSujet: Re: Laeenia, Maîtresse du Savoir du Gondor   Dim 4 Déc - 22:35

Devant la porte principale, la neige tombait à gros flocons. L'arrivée des soldats avait été annoncée la veille au soir et tôt le matin déjà, les familles des jeunes recrues s'amassaient, attendant l'arrivée des valeureux hommes partis protéger le patrimoine Gondorien. Cela faisait maintenant deux mois qu'ils étaient tous partis au bord de ce maudit lac. Deux mois sans relève, c'était incroyablement long.

Laeenia, elle, se tenait parmi la foule. C'était un dimanche ce jour là et elle ne recevait aucun cours ce jour là. Elle en avait donc profité pour descendre au premier niveau. Couverte de sa cape, elle se mettait sur la pointe des pieds pour tenter de voir entrer les soldats. Déjà les premières lignes entraient dans la ville, l'air transit de froid et éreintés. A l'arrière, les chevaux des officiers et du capitaine faisaient leur entrée au petit trot. Alors que les chevaux étaient conduits vers les écuries, les hommes déjà se dispersaient sur la place centrale, rejoignant leurs familles qui les attendaient de pied ferme. Ils avaient pour consigne de rentrer à la caserne le soir, la journée leur était accordée.

Enfin elle le vit. Laeenia trépignait sur place. Dieu qu'il avait changé. Les cheveux incroyablement longs (et surtout très sales), une barbe drue au visage, on avait peine à reconnaître Faramir. La jeune femme accrourru alors vers son ami qui fit quelques pas vers elle lorsqu'il la reconnue. La prenant dans ses bras, il l'enlaça pendant de longues secondes avant de relâcher son étreinte.


Enfin te voilà ! Tu m'as tellement manqué, Faramir ! Mon dieu quelle tête affreuse tu as !

Le jeune capitaine se mit à rire, se passant sa main dans ses cheveux sales.

Hahahaha, oui, je veux bien te croire ! Je n'ai pas vu mon reflet depuis des semaines et j'imagine qu'il n'est pas flatteur... Je n'ai qu'une hâte à présent, me mettre dans un bain bouillant de la maison des hôtes du sud et n'en ressortir que lorsque je serai parfaitement présentable et que mes os se seront décongelés !

Prenant son amie bras-dessus bras-dessous, il commença à marcher dans la cité, ravie de la retrouver.

Ehbien, en voilà d'une riche tenue ! Laeenia... Que se passe-t-il ?

Laeenia regarda son amie avec fierté et lui annonça.

Figures-toi que je suis désormais des cours au niveau des sages ! Cours offerts par l'intendant en personne ! Des cours de bonne conduite, de bienséance, d'histoire, d'arts... Et j'ai même repris l'entraînement à l'épée avec Boromir !

Faramir regarda son amie tout en souriant mais en fronçant également les sourcils.

D'ailleurs c'est lui qui a suggéré à ton père d'offrir cet honneur à mon père. Ensemble ils ont même fait en sorte de me procurer une chambre afin que je ne sois pas en retard, bref je mène presque la vie de château ! Presque car Boromir se débrouille toujours pour faire en sorte que mon entraînement soit de plus en plus difficile, mais je me défends ! Et c'est un amour... Il fait vraiment de son mieux pour faire preuve de patience avec moi... Quoi, pourquoi me regardes-tu comme ça...?

Faramir souriait en coin en regardant son amie. D'un air détaché, il lui dit alors.

Boromir... Un amour, eh...? Je croyais que tu lui en voulais toujours de t'avoir dit qu'il t'aimait devant tout le monde ? Et aujourd'hui, c'est un amûûûûr ?

Il avait dit ce dernier mot en prenant une voix perchée destinée à imiter la jeune femme. Elle, en tous cas, fronçait les sourcils.

Eh bien... Il n'y a que les idiots qui ne changent pas d'avis ! Regarde, j'ai toujours pensé que tu étais un incapable, regarde toi, tu es désormais capitaine du Gondor ! Tous les espoirs sont permis dans la vie !


Faramir éclata de rire devant la mauvaise foi de son amie.

Mais oui... C'est sûr ! Entre votre entraînement qui a repris, ce SOUDAIN besoin de te rendre en Ithilien cet été, comme par hasard, alors que Boromir y est de garde... Et puis ce bal où on vous a vu danser ensemble avant de vous éclipser pour le reste de la soirée...

Faramir s'arrêta alors net et regarda son amie avec un large sourire.

Ne te moques pas de moi, tu as fini par succomber à ses avances !!!!!

Laeenia regarda alors autour d'elle, fronçant les sourcils.

CHHHHHHHHHHHH !!!!!!! Tu veux qu'on t'entendes ?! Ca va... ça va ! Oui... Oui, tu as raison... Mais je t'en prie, gardes ta langue !

Faramir se mit les mains sur les hanches et éclata alors de rire de nouveau.

Alors ça c'est trop fort ! Et vous comptiez m'en parler un jour ou vous préfériez attendre l'annonce de vos fiançailles pour m'en faire part ? S'en est presque vexant !

Laeenia leva alors les yeux au ciel. Lui aussi parfois pouvait être exaspérant.

Oh je t'en prie... On ne t'en a pas parlé parce qu'on se doutait de ta réaction quelque peu excessive sur le sujet... Et puis... Et puis rien n'est sûr, tu te doutes bien que c'est compliqué... Bref, racontes moi plutôt, comment s'est passé ta garde ?

Faramir et Laeenia arrivaient doucement au second niveau. Faramir haussa les épaules.

Rien de bien passionnant... Les hommes suivaient mes ordres, mais je n'ai pas l'aura de mon frère... Et puis, deux mois... J'ai pris ça comme une punition... Je sais bien que ton père n'y est pour rien... Mais le mien... Je suis sûr que l'ordre vient de lui. Tu sais cette passion qu'il a à me faire comprendre que je ne vaux jamais aussi bien que son cher aîné... Regardes... Si c'était moi qui lui avait demandé d'offrir cette promotion à ton père, il l'aurait forcément refusée. Mais si l'idée vient de Boromir, alors...

Laeenia posa sa main sur l'épaule de son ami. Elle aimait Boromir, certes, mais elle savait cette rivalité perdue d'avance entre les deux frères. Faramir avait toujours été rejeté par son père, et plus les années passaient, plus cela devenait difficile à vivre.

Ne t'en fais pas... Je sais qu'il t'aime, c'est certain. Un jour il te le prouvera.

Faramir se mit alors à rire d'un rire sans joie. Haussant les épaules, il dit.

Hum... Il me tuera en voulant me prouver qu'il m'aime, sois-en sûre...

Il entrèrent alors dans le bouclier fendu. S'avançant vers le comptoir, ils profitèrent de la chaleur ambiante, sentant la joie entrer dans leur coeur. Mais alors qu'ils s'avançaient au milieu des soldats, ils virent bientôt un grand bateau de fumée se dresser au dessus des têtes. Un peu plus loin, ils le reconnurent au premier coup d'oeil. Leur tendant une choppe de bière, un sourire malicieux aux lèvres, Mithrandir était de retour. Et il n'était pas venu les mains vides.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanderiel
Admin / Brandir
avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 02/07/2016
Age : 28
Localisation : Bzh

MessageSujet: Re: Laeenia, Maîtresse du Savoir du Gondor   Lun 5 Déc - 10:18

Au cinquième niveau, dans la grande bibliothèque de Minas Tirith, les deux amis avaient donné rendez-vous à Mithrandir afin de s'entretenir avec lui dans un endroit plus calme. Faramir avait profité de ce temps pour se rendre un peu plus présentable. Assis autour d'une table, les deux amis regardaient le vieux mage avec une certaine forme d'excitation et d'énervement. Cela faisait des années maintenant qu'ils ne l'avaient pas vu.

Eh bien, je me rends compte que vous êtes devenus deux adultes bien occupés, car cela fait deux jours que je suis ici et aucun de vous deux n'est venu à ma rencontre !

Faramir se mit à rire, regardant son amie quelques instants avant de tourner de nouveau la tête vers Mithrandir.

Eh bien pour ma part, j'étais en mission au lac interdit, en Ithilien. Je suis rentré ce matin même ! Quand à Laeenia, je crois que sa tête est trop occupée à réfléchir ces derniers temps...

La jeune femme fronça les sourcils et se tourna vers Gandalf, un sourire aux lèvres.

Ne l'écoutez pas, c'est un idiot... Enfin... J'ai quelque chose ici qui pourra vous intéresser !

Laeenia sorti alors de son sac en toile le livre des maîtres du savoir, mais sa version traduite. Le tendant au magicien, un large sourire aux lèvres, elle lui dit, un petit air satisfait au visage.

Je l'ai retrouvé ! J'ai fini par déchiffrer l'énigme et...

Mouais, enfin ça t'a quand même pris trois ans !


Laeenia fronça les sourcils en se tournant vers Faramir avant de lui mettre un coup de coude dans les côtes.

Cela m'a peut-être pris trois ans, comme tu dis, mais au moins je l'ai retrouvé ! Qu'as-tu fais, pour ta part, à part garder un lac interdit...?

Je t'ai supportée en train de chercher ton maudit grimoire !

Gandalf regardait les deux jeunes gens et se mit à rire, tout en allumant sa pipe. Tirant une grande latte, un nuage d'une fumée peu naturelle sortit par son nez (et Laeenia était même persuadée qu'un peu de fumée était sortie par ses oreilles...!). Regardant l'ouvrage avec intérêt, il demanda alors.

Eh bien, je dois dire que je suis impressionné ! Et qu'avez-vous réussi à en tirer ?

Laeenia haussa les épaules. Il faut dire que ses essais n'étaient pas probants...

Oh, pas grand chose... Soit le pouvoir qui s'en dégage est extrêmement puissant... -j'ai réussi une fois à réduire un orque en cendres après avoir envoyé par hasard la foudre sur sa tête !- Mais parfois, en revanche, les incantations ne donnent rien, ou pas grand chose. J'ai l'impression aussi que mes émotions jouent énormément, à ce sujet. La seule incantation que je réussisse parfaitement, en fait, c'est de faire apparaître un ours blanc d'une toise et demi !

Gandalf releva le nez vers la jeune femme et écarquilla de grands yeux.

Un ours ?! Sacrebleu ! Est-il apprivoisé ou passe-t-il à l'attaque ?

Laeenia esquissa un sourire.

Oh non, il est absolument adorable, très affectueux envers moi ! Il obéit à mes commandements docilement, mais je ne peux malheureusement pas le faire apparaître dans la cité ! Je profite parfois de moments de solitude dans le Pelenor pour le faire apparaître, mais je dois avouer que je suis déçue... J'aurais besoin d'un maître pour m'enseigner...

Gandalf esquissa alors un sourire et sortit de sous la table un grand paquet. Il le poussa sur la table vers Laeenia et lui dit.

Tenez, ceci est pour vous !

La jeune femme fronça les sourcils et déballa le paquet. A l'intérieur un grand bâton faisant presque la taille de la jeune femme se dévoila. Il était d'un bois solide et d'une légereté presque surnaturelle. Surprise, la jeune femme regarda le magicien.

Lorsque vous m'avez fait part de votre découverte, j'en ai tout de suite fait part à l'un de mes amis elfes qui maîtrise le savoir. Les maîtres du savoir ne sont pas rares chez les elfes, aussi m'a-t-il expliqué que seul, le livre n'apportera que peu de choses -et ce que vous me rapportez là le prouve, mon amie !- aussi ce genre de bâton est nécessaire pour canaliser le pouvoir émit lorsque les incantations sont prononcées. Oh, bien entendu, il vous faudra de l'entraînement ! Mais ce bâton conçu par les elfes vous sera d'une grande aide, mon amie !

Laeenia regarda le magicien l'air ébahi.

C'est un bâton... Comme le vôtre ?!

Gandalf se mit à rire.

Hohoho... Allons allons... Soyons sérieux... Non, ce n'est pas tout à fait la même chose, Laeenia ! Ce bâton vous aidera à canaliser vos pouvoirs. Et cela peut être une arme très pratique, vue sa solidité ! Vous pourrez protéger ainsi vos amis au mieux en cas de besoin !

La jeune femme était absolument ravie. Un large sourire aux lèvres, elle dit.

Oh, merci, merci Mithrandir ! Quel magnifique cadeau vous me faites !

Je vous en prie, Laeenia ! Mais en échange, promettez-moi de vous entraîner au mieux ! Car c'est une chance offerte par les elfes d'obtenir une telle chose ! Même si cela reste assez commun dans leur peuple, il vous aurait été impossible de trouver pareil chose dans les terres des hommes !


Un large sourire aux lèvres, la jeune femme prit le bâton en main et sentait déjà un grand pouvoir se faufiler entre ses doigts. Oui, elle ferait de grandes choses... Elle en était désormais certaine.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwaldorin
Frère
avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 09/07/2016
Age : 19
Localisation : Quelque part

MessageSujet: Re: Laeenia, Maîtresse du Savoir du Gondor   Lun 5 Déc - 20:02

Eh bah voila, je m’endors pendant 3 jours pour commencer a hiberner, et TAC TAC TAC TAC coup sur coup, 4 chapitre ! Tu devait vraiment être inspirer, ou vraiment ne rien avoir a faire de mieux pour bosser aussi vite x) En tout cas, ils sont aussi exellent que les précédents, ça c'est sur Smile C'est toujours aussi plaisant de les lires ^^ (même s'ils puent l'amûûûûr a plein nez, c'est pas trop culcul, et c'est franchement agréable a lire je trouve)

_________________
"Dieu a fait des hommes grands et d'autres petits, je les ai rendus égaux." Samuel Colt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanderiel
Admin / Brandir
avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 02/07/2016
Age : 28
Localisation : Bzh

MessageSujet: Re: Laeenia, Maîtresse du Savoir du Gondor   Jeu 8 Déc - 10:34

Hahahaha, l'inspiration ! Very Happy J'aimerais bien terminer rapidement la première partie, donc bon ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanderiel
Admin / Brandir
avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 02/07/2016
Age : 28
Localisation : Bzh

MessageSujet: Re: Laeenia, Maîtresse du Savoir du Gondor   Jeu 8 Déc - 11:22

Quatre années s'étaient encore écoulées et rien n'avait vraiment changé dans la Cité Blanche. Si Laeenia et Boromir continuaient à se fréquenter, leur relation était toujours tenue secrète et connue uniquement par deux personnes, le capitaine Ormatar qui l'avait devinée et Faramir, bien entendu. Pour le reste de la cité, rien n'était perçu.

Mais cela commençait à être difficile à vivre. Cela faisait déjà cinq ans que les choses étaient ainsi, et Laeenia sentait en elle naître une certaine lassitude de cette situation. Elle avait l'impression de rester au point mort dans une histoire incapable d'aller plus loin.

Néanmoins, durant les quatre années précédentes, elle avait reçu l'éducation offerte aux jeunes femmes nobles du Gondor, apprenant l'histoire, la géographie, les règles de bonne conduite, mais aussi les arts comme le chant, la danse ou encore la peinture. Bref, rien de bien réjouissant, en somme. Mais maintenant que tout cela était terminé, elle pouvait désormais prétendre à un niveau de vie plus élevé que celui auquel elle pouvait prétendre jusqu'ici.

Laeenia s'était faite quelques amies lors de ces cours. De jeunes femmes de bonne famille, dont les pères étaient, pour la plupart, membres du grand conseil de l'intendant. Toutefois, elle s'était également faite quelques ennemies, qui voyaient en cette faveur qui lui était offerte une cuisante injustice.


C'était un soir du mois de juin particulièrement chaud. Le soleil n'était pas encore prêt de se coucher, mais nombres de personnes se massaient déjà devant l'arbre blanc. Aujourd'hui était un jour spécial, puisque c'était le trentième anniversaire du fils de l'intendant. Ce dernier, toujours en grande admiration pour son fils, avait créé une gigantesque fête en son honneur.

Un banquet était tenu dans la salle de Merethrond. Laeenia était intimidée et ne se sentait définitivement pas à sa place. Elle aurait préféré se trouver quelques niveaux plus bas, à rire et chanter avec
les soldats. Néanmoins son tout nouveau rang lui permettait de se trouver ici.

Elle ne pouvait pas rester avec Faramir cette fois. Il se tenait à la table d'honneur, à côté de son frère. Laeenia, quand à elle, se trouvait en contrebas, au milieu de la foule d'invités. Elle se tenait aux côtés de sa plus fidèle amie, rencontrée durant les cours qu'on lui avait prodigué.

Laeenia... Regardes... Boromir n'arrête pas de te dévisager ! Dès que je regarde dans sa direction, il tourne la tête !

Laeenia se tourna rapidement vers Boromir qui, effectivement, la dévisageait. Lorsqu'il comprit qu'il était prit en flagrant délit, il esquissa un sourire à la jeune femme et lui fit un petit signe de la main. Laeenia, qui sentit le rouge lui monter aux joues, tourna la tête vers son amie qui souriait de toutes ses dents.

Dis moi, Laeenia, tu ne me cacherais pas quelque chose...?

La jeune femme se pencha un peu plus vers son assiette et dit, d'un air le plus détaché possible.

Non, Denilia... Je ne vois pas de quoi tu parles...

Au bout de la table, une bande de commères de la même classe que les deux jeunes femmes lançaient des éclairs du regard à Laeenia. Elles aussi avaient bien vu le petit manège qui se jouait sous leurs yeux. L'un d'elle dit alors suffisamment fort pour que cela arrive aux oreilles de Denilia et Laeenia.


Vous savez ce qu'on dit ? On dit que certaines ont été ajoutées à nos cours uniquement pour servir le fils de l'Intendant... De manière peu vertueuse ! Ce ne serait pas ton cas, Laeenia, par hasard ?

La jeune femme tourna la tête rapidement, lançant un regard noir aux jeunes femmes qui se trouvaient à l'autre bout. Mais alors que Laeenia allait ouvrir la bouche pour répliquer, son amie l'arrêta.

Non, ne rentre pas dans leur jeu, je t'en prie ! Laeenia, ça ne servirait à rien ! Allez, profite plutôt de la soirée ! Ignores-les, toi et moi savons que c'est faux, alors peu importe ce qu'elles pensent !

Laeenia se retourna alors vers son assiette et termina son repas sans regarder une seule fois vers la table d'honneur. Bientôt le bal allait commencer et Laeenia n'avait absolument pas envie d'y assister.

Les danses qui étaient dansées dans ces lieux étaient bien plus guindées et codées que celles du peuple et ça n'était pas du goût de la jeune femme. Restant en retrait pour regarder les danseurs se mettre en place, elle sentit bientôt une main lui effleurer l'épaule. C'était Boromir qui avait réussit à la rejoindre discrètement. L'entraînant vers un endroit un peu plus calme, il semblait absolument tendu et nerveux. Inquiète, la jeune femme lui demanda.


Est-ce que tout va bien ? Tu es blanc comme un linge !

Boromir regardait de tous les côtés. Visiblement lui non plus n'était pas spécialement à l'aise ici.

Oui... Enfin non... Enfin si... C'est aujourd'hui que je lui en parle...

Laeenia fronça les sourcils.

Que tu parles de quoi à qui ?

Boromir regarda alors Laeenia un petit sourire au coin des lèvres.

Que je parles de toi et moi à mon père.

Laeenia écarquilla alors de grands yeux.

Quoi ?! Mais tu es fou, tu sais parfaitement ce qu'il va dire !

D'un geste subtil, il prit les mains de la jeune femmes et essaya de la calmer.

Ne t'en fais pas... Il me doit une faveur, aujourd'hui. J'ai le droit de lui demander ce que je désir, car c'est le jour de mes trente ans. Ne t'en fais pas. Allez, souhaites moi bonne chance...

Il embrassa alors la main de Laeenia et marcha d'un pas décidé vers la table d'honneur où son père était assit seul. Laeenia, sentant une énorme tension l'envahir, préféra sortir de la salle. Ne pouvant cacher son inquiétude, elle fut rapidement rejointe par son amie qui se demanda ce qui lui arrivait.



Boromir prit place aux côtés de son père, qui semblait de bonne humeur. L'intendant se tourna alors vers son fils, un large sourire aux lèvres.

Ahhhh, mon fils ! Te voilà déjà âgé de trente ans ! J'ai l'impression que c'était hier que ta mère te donnait la vie ! Et aujourd'hui regardes-toi ! Tu es un homme vaillant qui m'emplit de fierté !

La musique cessait et Denethor applaudissait les musiciens, interrompant son discours élogieux envers son fils. Quand la musique repris, il lui dit alors.


En parlant de cela, tu sais que je peux t'accorder aujourd'hui une faveur, comme l'indique nos lois ! As-tu déjà réfléchis à ce que tu souhaitais me demander ?

Boromir prit alors une grande inspiration, sentant son coeur battre à mille à l'heure.

Oui, père... Je... C'est une requête un peu spéciale. Mais ne prenez pas cela pour une requête irréfléchie, au contraire. C'est tout à fait sérieux...

Denethor se tourna alors vers son fils, l'air interloqué. Qu'allait-il donc lui demander ?

Père... J'aime depuis plusieurs années maintenant Laeenia, la fille du capitaine Ormatar. Tout en elle me comble de joie et de bonheur et mon coeur lui est tout dédié. C'est pourquoi je vous demande aujourd'hui votre consentement à cette relation.

Denethor fronça les sourcils.

Boromir... Laeenia est une roturière ! Fille de mon plus fidèle et meilleur capitaine, certes, celui dont j'ai le plus d'estime ! Mais soyons sérieux... Elle n'est pas digne de ton rang, voyons !

Bormir se tourna entièrement vers son père. Le regard fixe et déterminé vers Denethor, il lui dit avec le plus d'assurance possible.

Père, n'aviez-vous pas pour notre mère le plus grand et le plus pur amour ? N'est-ce pas cet amour qui vous a poussé à aller jusqu'à Dol Amroth pour lui demander sa main ? Père, vous savez ce qu'est l'amour, vous ne pouvez me refuser cela.

Denethor haussa les sourcils, interloqué par la détermination de son fils. Il se tourna de nouveau vers les musiciens et se mua dans un profond silence qui dura plusieurs minutes. Après avoir mûrement réfléchi, il répondit enfin.

Bien... Je te donne mon consentement. Mais je donne mon consentement pour votre amour et non pour votre union ! Que je n'entende pas parler de fiançailles ou de mariage tant que je ne l'aurai pas décidé ! Et que l'on soit clair ! Même si j'accepte que vous déclariez publiquement votre amour, vous allez devoir me prouver que Laeenia sera digne de devenir un jour une possible femme de l'intendant ! Et tu dois cette décision de ma part uniquement parce que Laeenia est la fille du capitaine Ormatar ! Sa dévotion et ses conseils m'ont toujours été précieux ! Mais cette enfant va devoir faire ses preuves, sois-en sûr !

Boromir souriait de toutes ses dents. Donnant une accolade à son père, il le gratifia des meilleurs remerciements possibles.

Oh merci... Merci, père ! Vous ne serez pas déçu, je vous le promet !

Bormir se leva alors, sortant de la salle. Il fallait qu'il retrouve Laeenia.

A l'extérieur de la salle, Laeenia parlait avec quelques jeunes femmes de la haute noblesse de Minas Tirith. Alors qu'elle se rongeait les ongles, elle vit bientôt au loin Boromir sortir de la salle d'un pas pressé. Cessant de manger ses ongles, elle se mit sur la pointe des pieds pour qu'il la voit. Lorsqu'enfin leurs regards se croisèrent, Bormir accéléra le pas. Fendant la petite troupe de jeunes femmes, s'excusant rapidement, il fonça sur Laeenia qu'il souleva littéralement du sol avant de l'embrasser sans retenue devant tous les invités présents à l'extérieur. Certains furent surpris, d'autres choqués. Certains même applaudirent l'audace dont faisait preuve le capitaine Boromir.

Lorsque ses pieds touchèrent à nouveau le sol, Laeenia, rouge écarlate, dit alors.


Boromir... Est-ce que tout va bien...?

Un large sourire aux lèvres, il caressa le visage de la jeune femme et dit, la voix légèrement tremblante.

Oh oui... Tout va aller merveilleusement bien, maintenant...!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanderiel
Admin / Brandir
avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 02/07/2016
Age : 28
Localisation : Bzh

MessageSujet: Re: Laeenia, Maîtresse du Savoir du Gondor   Lun 12 Déc - 23:31

Trois nouvelles années s'étaient écoulées à Minas Tirith. Laeenia avait désormais 28 ans et l'âge idéal pour devenir une épouse et une mère. Durant ces trois dernières années, Laeenia et Boromir avaient fait figure de couple idéal. Aucune vague, aucun mot plus haut que l'autre, aucun scandale venant éclabousser leur couple... Tout était parfait. Laeenia avait un comportement exemplaire et menait une vie de princesse. On la traitait d'ailleurs comme telle, ce qui était un véritable rêve pour elle. Néanmoins l'intendant avait eu un comportement à son égard dont personne ne s'attendait. Il avait souhaité avoir autant que faire se peut un oeil sur elle. Scrutant chacun de ses mouvements, il semblait chercher la faille en elle. Mais Laeenia était rusée et elle avait réussi à déjouer toutes les embuscades tendues par l'intendant. Oui, la jeune femme était irréprochable.


C'était un matin comme tous les autres et le soleil se levait à peine. Les rayons du soleil frappaient à travers la fenêtre et venaient éclairer le visage de Laeenia, encore endormie. S'étirant, elle entre-ouvrit un oeil et se tourna sur sa gauche, regardant l'homme qu'elle aimait encore endormi à ses côtés. Leur relation avait bien évolué depuis ces trois dernières années. Il n'y avait pas eu de vagues, certes, mais leur relation était désormais bien plus libre et beaucoup plus intime. Aussi il était de plus en plus rare qu'ils ne passent pas une nuit ensemble. Mais cela faisait bientôt trois ans qu'ils attendaient le feu vert de Denethor pour enfin se marier et fonder une famille et l'impatience se faisait de plus en plus grande dans leurs coeurs.

Laeenia passa sa main sur la joue de Boromir qui entre-ouvrit un oeil, souriant à la jeune femme. S'étirant, il passa ensuite ses bras autour des épaules de la jeune femme et la ramena au dessus de lui, un large sourire aux lèvres.


Cela fait longtemps que tu m'observes dans la lueur du jour...?

Laeenia sourit, ses longs cheveux châtains tombant sur le visage du capitaine du Gondor.

Quelques minutes à peine, je viens de me réveiller. As-tu bien dormi...?

Les yeux encore mi-clos, il sourit à la jeune femme en retour.

Hummmmoui... Chaque nuit passée à tes côtés est un instant de pur plaisir pour moi...

Laeenia se mit à rire et posa ensuite sa tête contre le torse du capitaine, qui en profita pour passer sa main dans les cheveux de la jeune femme.

Bon... Il va falloir que je me lève... Le programme de la matinée est chargé. Je dois passer en revue les soldats... Et ensuite, nous devons nous entraîner !

Laeenia relava la tête, les yeux fermés, soupirant.

Ohhhhhh... Pas aujourd'hui... Je suis encore fatiguée... Pourquoi ne pas plutôt passer la journée ici ensuite ? Juste toi, moi... Et ce lit !

Boromir se mit à rire tout en passant sa main sur le visage de Laeenia.

Non... Tu sais très bien que tu dois encore apprendre à manier l'épée ! Mon père veut que tu sois capable de te défendre en cas de besoin. Il estime qu'une future femme d'intendant doit être capable de défendre la citadelle si aucun capitaine n'est là pour la protéger.

Laeenia laissa retomber sa tête sur le torse de son amant et se mit à soupirer. Boromir tenta de la convaincre du mieux qu'il pouvait.

Allez... Nous ferons quelques passes puis cela suffira. Une heure tout au plus...

Sentant le soupir de Laeenia contre lui, il remonta doucement le menton de la jeune femme et dit, un sourire au coin des lèvres.

Et cette fatigue est sûrement due au fait que tu passes trop de temps dans ce lit... Allez, dans deux heures tout au plus, d'accord ?

Alors qu'il se glissait hors du lit, Laeenia le regarda se rhabiller avant de s'étendre de tout son long dans le lit désormais vide. La matinée s'annonçait passionnante.




Laeenia entra dans la salle d'entraînement du second niveau, vêtue d'un pantalon écru et d'une veste idéale pour l'entraînement. Ses cheveux relevés d'une queue de cheval, elle avait attaché à sa ceinture son épée qu'elle utilisait désormais beaucoup mieux qu'avant. Un peu plus loin, elle vit Boromir de dos qui parlait avec un autre capitaine. Lorsqu'il vit Laeenia pénétrer dans la salle, il fit signe à Boromir que la jeune femme était arrivée. Alors qu'il se retournait pour l'accueillir, il remarqua rapidement qu'elle était plus cernée que d'habitude. Elle n'en rajoutait pas des tonnes, elle était véritablement fatiguée.

Eh bien, t'es-tu rendormie pour avoir l'air si fatiguée ?

Laeenia se passa la main sur le visage et acquiesça d'un signe de la tête. Sortant son épée de son fourreau, elle lui dit simplement.

Faisons quelques passes rapides... Je ne me sens pas la force de faire un entraînement trop long, ce matin.

Pendant plusieurs minutes, Laeenia et Boromir échangèrent à l'épée. Elle était loin désormais la jeune fille qui savait à peine tenir une épée. L'entraînement avait réellement du bon. Elle maniait aujourd'hui l'épée avec beaucoup plus de grâce et de finesse et Boromir lui-même était étonné des progrès qu'elle avait fait. Il fallait dire aussi qu'elle complétait cet entraînement par l'entraînement de maître du savoir qu'elle réalisait en cachette. Boromir n'était pas au courant pour cette petite particularité qu'avait la jeune femme. Elle n'avais pas voulu lui en parler, pensant qu'il était incapable de comprendre. Les épées s'entrechoquaient et l'enchaînement était mécanique. Mais soudain, Laeenia s'arrêta net.

Un horrible mal de ventre s'empara d'elle et une affreuse crampe la plia en deux. Incapable de rester debout, elle s'accroupit, poussant un hurlement de douleur. La douleur s'estompa soudain, après de longues secondes et, étourdie par cette étrange sensation, elle se releva doucement. C'est alors qu'elle remarqua le visage horrifié de Boromir qui était blanc comme un linge. Laeenia, encore secouée par la douleur, baissa la tête vers son pantalon. Il était rouge de sang. La jeune femme releva alors la tête vers Boromir et, prise de panique, elle sentit la peur l'envahir. Puis la douleur revint et là, ce fut le trou noir.






Faramir arriva en courant dans la Salle du Repos située au niveau des maîtres. Cette grande et vaste demeure qui servait de dispensaire avait un avantage certain par rapport à la maison des remèdes et la haute salle qui avaient la même fonction, c'était qu'elle contenait des chambres individuelles. Le jeune capitaine du Gondor ne mit pas longtemps à rejoindre son frère qui faisait les cent pas en l'attendant. Boromir avait fait appeler Faramir à ses côtés car Laeenia s'était enfermée dans un profond mutisme, refusant d'ouvrir la bouche. Faramir était le seul à être capable de la faire parler. Aussi Boromir, sentant l'échec, avait décidé finalement de faire appel à son frère.

A la fois inquiet et étonné, Faramir prit son frère par l'épaule.


Que se passe-t-il ? Un garde est arrivé, me demandant de venir au chevet de Laeenia...

Boromir, la mine déconfite, lui expliqua alors. Faramir recula d'un pas, l'air choqué. Il regarda ensuite la porte puis son frère. Soupirant, il fit un petit signe de la tête à son aîné et frappa doucement à la porte, avant d'entrer.

Laeenia était assise dans le lit, cernée, les bras croisés sur son ventre. Le regard perdu dans le vide, elle n'avait pas adressé le moindre regard aux deux hommes qui étaient entrés. On voyait à son visage qu'elle était enfermée dans ses pensées.

Laeenia... Est-ce que tu vas bien...?

Pas de réponse. La bougie que fixait la jeune femme semblait mille fois plus intéressante que les mots du jeune homme. Il prit alors la main de Laeenia dans la sienne et, s’asseyant sur le lit aux côtés de sa meilleure amie, il lui dit tout bas.

Laeenia... Ca n'est pas grave. Cela arrive souvent, surtout les premières semaines. Les guérisseurs sont formels, cela ne changera rien pour le futur. Laeenia... Cela aurait pu arriver n'importe quand...

La jeune femme tourna son regard vers son ami. Lorsqu'elle croisa les yeux de Faramir, Laeenia se mit alors à pleurer, les larmes roulant sur ses joues. Boromir était resté à l'extérieur, faisant le guet. Mais il ne tarda pas à entendre la jeune femme pleurer à chaudes larmes. Il savait qu'il ne devait pas entrer, mais cela lui fendait le coeur. Laeenia, quand à elle, tomba dans les bras de Faramir.

Qu'est-ce que cela changera, après tout ? Il le saura, Faramir ! IL le saura ! Il épie chacun de mes gestes, il saura !

Faramir prit alors le visage de son amie entre ses mains, l'obligeant à le regarder.

Chhhh... Calmes-toi... Calmes-toi... Cela aurait pu arriver, même si vous aviez été mariés, tu le sais. Au final quoi ? Vous ne l'êtes pas encore, alors, ne pas... Ne pas aller au bout de... Laeenia, je te promet qu'il ne le saura pas.

Mais les sanglots emportèrent bientôt d'avantage Laeenia qui n'arrivait plus à cesser de pleurer. Ne le supportant plus, Boromir entra dans la pièce. Faramir lui fit signe de prendre sa place, ce qu'il s'empressa de faire. Laeenia accepta volontiers ce transfert de bras et son discours évolua en conséquence.

Boromir, je suis tellement désolée... Je suis désolée... J'ignorais que j'étais... Pardonnes-moi...

Le capitaine du Gondor commença à bercer la jeune femme doucement. Posant son menton sur le haut du crâne de la jeune femme, il ferma les yeux et, un léger sourire aux lèvres, il lui murmura.

Ne t'en fais pas... Nous n'avions pas prévu d'être parents pour l'instant, Laeenia... Mais si... Si cela comptait tellement pour toi, alors nous essayerons sérieusement, si tu y tiens...

La jeune femme, les yeux rougis par les larmes, releva la tête vers Boromir, l'air perdu.

Mais... Et ton père, que dira-t-il ?

Boromir essuya une larme sur la joue de Laeenia.

Eh bien... Il n'aura plus le choix.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanderiel
Admin / Brandir
avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 02/07/2016
Age : 28
Localisation : Bzh

MessageSujet: Re: Laeenia, Maîtresse du Savoir du Gondor   Mer 14 Déc - 0:21

Deux ans plus tard...




Denethor marchait seul dans le palais de la citadelle. Il songeait à ce mariage possible entre Boromir et Laeenia. Plus le temps passait et plus il devait se résoudre à l'évidence. Laeenia était parfaite pour Boromir. Mais un doute subsistait en lui. Et si... Et s'il se trompait depuis le début...?

Depuis plusieurs semaines déjà il avait songé à monter dans la tour d'Ecthelion et consulter le palantir qui s'y trouvait. Denethor avait fait fit du pouvoir maléfique de cet objet et avait décidé d'en faire un outil de sa puissance et de son pouvoir sur le Gondor. Alors y jeter un coup d'oeil pour s'assurer que cette union n'apportait rien de mal à son fils, qui cela pouvait-il gêner, après tout ?

Seul dans la tour, il s'avança vers l'énorme boule de verre, semblant se mouvoir de l'intérieur. Pendant un court instant de lucidité, Denethor hésita. Puis, finalement, il s'avança, la curiosité l'obligeant à regarder.

Il posa ses deux mains sur l'objet et fut comme tiré en avant dans une scène qui était hors de la réalité.


Face à lui, il voyait Laeenia dans la Haute Salle de Minas Tirith. Autour d'elle, il pouvait reconnaître Faramir qui lui tenait la main. A sa gauche, une femme blonde dont il ignorait le nom lui tenait l'autre main, l'aidant de toute la force dont elle disposait. Au milieu, allongée sur un lit et entourée de nombreux guérisseurs, Laeenia était allongée, en couche.

Elle donnait naissance à un enfant. Mais Denethor avait beau regarder autour de lui, pas le moindre signe de Boromir aux alentours. Sur les joues de Laeenia, de lourdes larmes coulaient, tant par la douleur, mais semble-t-il aussi par la tristesse. Soudain, Faramir prit la parole. Sa voix semblait comme éloignée, étouffée.


Courage, Laeenia ! C'est bientôt terminé ! Penses à Boromir, Laeenia ! Pense à la fierté qu'il aurait en cet instant !

Laeenia étouffa alors un cri et redoubla d'effort. Au bout de longues minutes, enfin l'enfant poussa un premier cri. La jeune mère, elle, semblait désespérée et en larmes.


Denethor comprit alors ce qui se déroulait sous ses yeux. Boromir était mort. Laeenia devait donner naissance seule à leur enfant. Etaient-ils mariés ou ne l'étaient-ils pas ? Denethor l'ignorait à cet instant. Mais cette vision l'effraya. Il retira rapidement ses mains du palantir, se sentant comme projeté en arrière. Atterrissant sur le sol de marbre dur, il passa sa main sur son visage, horrifié. Etait-ce ainsi que tout se terminait ?

Mais il devait voir les choses avec considération. Dans cette vision, Boromir mourrait, certes. Mais sa lignée n'était pas éteinte. Il avait un descendant. Alors cela lui prouvait-il qu'il ne pouvait aller contre son destin ? Il se maudissait intérieurement ! Pourquoi avait-il regardé dans ce maudit palantir ? Avait-il besoin de savoir cela ?

L'intendant se releva alors doucement et s'éloigna de l'objet, résigné.

Mais le palantir est un objet maléfique, contrôlé par le mal. Aussi pouvait-il offrir à l'intendant toutes les visions qu'il souhaitait. Mais Denethor ne l'avait pas encore compris.

Alors qu'il s'éloignait, un sifflement étrange retentit. Denethor se retourna alors vers l'objet. Il semblait l'appeler, comme dans un murmure. L'intendant retourna alors vers le palantir et posa ses mains dessus.

Ce qu'il vit fut alors totalement différent. La vision de l'espoir. Pour lui, pour le Gondor... Et pour son fils. Oui... Sa décision était désormais prise.

Se fiant de la mise ne garde du malin, Denethor avait choisi. L'avenir de son fils était désormais joué. Du moins, c'est ce qu'il pensait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanderiel
Admin / Brandir
avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 02/07/2016
Age : 28
Localisation : Bzh

MessageSujet: Re: Laeenia, Maîtresse du Savoir du Gondor   Mer 14 Déc - 20:42

La journée s'annonçait pourtant délicieuse. Oui... Cette journée s'annonçait parfaite. Le soleil brillait, le mois de mai était bien installé et avait décidé d'offrir aux habitants de Minas Tirith un printemps digne de ce nom.


Ce matin là, Laeenia avait décidé de sortir se promener, profiter de ce beau temps et surtout de la bonne humeur ambiante dans la ville. Elle se promenait dans le niveau des artisans lorsque plusieurs commerçants qui la croisaient vinrent la saluer. Une femme, un large sourire aux lèvres, vint la féliciter.


Ahhhhh dame Laeenia !!! Félicitations ! Tout Minas Tirith est en liesse à l'annonce de la grande nouvelle ! Des années que nous attendions cela ! Vous devez être aux anges !!!

Laeenia haussa les sourcils, surprise.

Pardon mais... De quoi parlez-vous ?

La femme regarda Laeenia, surprise à son tour.

Mais, de votre futur mariage ! L'intendant a fait annoncer partout dans la cité les fiançailles de son fils ! Vous n'étiez pas au courant ?! Pourtant vous êtes la première concernée !

Laeenia regarda la femme avec de grands yeux et à peine l'eut-elle remercié pour l'information, elle se mit à courir aussi vite que possible jusqu'à la citadelle. Mais, lorsqu'elle arriva au niveau des maîtres, l'ambiance n'était plus la même.

Tout le monde la regardait de travers et chuchotait à son passage. Alors qu'elle allait emprunter le passage vers la citadelle, elle croisa Boromir, la mine déconfite, qui descendait visiblement à sa rencontre. Laeenia fronça les sourcils. Il n'était pas comme d'habitude.


Laeenia... Il faut qu'on parle.

La jeune femme haussa les sourcils, alors que Boromir l'emmenait vers les appartements mis à disposition de la fille du capitaine Ormatar. Il referma la porte derrière lui et prit les mains de Laeenia, qui semblait perdue.

On dit partout que tes fiançailles sont annoncées... Tu devrais être heureux ! Enfin ton père a fini par céder ! Mais pourquoi fais-tu cette tête ?

Laeenia... Mon père m'a fiancé... A la princesse Lothiriel de Dol Amroth.

La jeune femme regarda Boromir avec des yeux ronds, puis se mit à rire nerveusement.

Quoi ?! Mais... Boromir ! La princesse Lothiriel n'a pas...

Elle n'a que quinze ans, oui je sais... Mais mon père a eu une vision... Il m'a vu sur le trône du Gondor, marié à la princesse. Il pense que si je l'épouse, je deviendrai roi du Gondor.

Laeenia dégagea ses mains de celles de Boromir.

Mais c'est ridicule, voyons ! Vous n'êtes pas de la lignée d'Isildur ! Pas plus que la princesse Lothiriel ! Boromir, tu ne dois pas te laisser faire ! Tu dois t'opposer à cette union !

Boromir baissa la tête, n'osant pas regarder Laeenia dans les yeux.

Laeenia... Je n'ai pas le choix. Il ne me laisse pas le choix. Il a dit avoir eu une vision, dans laquelle tu attendais un enfant. Il t'a vu en plein accouchement... Mais seule. Dans cette vision, j'étais mort. Il pense que notre union me mènera à la mort.

Laeenia recula d'un pas, hochant inconsciemment de la tête. Les larmes lui montaient aux yeux.

Ce sont des inepties, Boromir ! Ton père a mal interprété ces visions ! Tu dois t'y opposer ! Nous n'avons qu'à partir loin ! Loin de Minas Tirith ! Boromir, tu le sais aussi bien que moi ! Jamais tu n'as souhaité devenir intendant ! Alors partons et recommençons à zéro !

Boromir commençait à marcher en rond, dans la pièce, la mine basse.

Laeenia, c'est impossible... Il nous retrouvera, de toute façon... Il partira à notre recherche et...

Laeenia fit un pas en avant, vers Boromir, et lui dit, dans un murmure.

Boromir, il est temps que tu te dresse contre ton père, il est temps de lui dire non !

Alors, le capitaine du Gondor, transformé, se retourna rapidement vers Laeenia et lui hurla dessus.

IL TE FERA ASSASSINER SI JE M'Y OPPOSE, LAEENIA !!!!!

Les deux amants se regardèrent alors pendant de longues secondes sans qu'aucun des deux ne parle. Boromir, réalisant l'excès dont il avait fait preuve, s'avança vers Laeenia et la prit dans ses bras. Posant son front sur celui de la jeune femme, il dit simplement.

Je ne veux pas te perdre...

Laeenia s'extirpa alors des bras du capitaine et recula d'un pas. Les larmes coulaient silencieusement sur ses joues.

Ainsi, tu ne t'opposeras jamais aux décisions de ton père. Jamais tu ne seras capable de te rebeller contre son autorité, et ce même à trente-cinq ans !

Laeenia....

NON ! Ecoutes moi !!! Depuis des années je fais tout maintenant pour qu'on m'accepte dans TON monde, Boromir ! Depuis des années maintenant, je fais tout pour toi et toi seul ! Mais jamais tu ne t'oppose à ton père ! JAMAIS ! C'est la même chose avec Faramir ! A quand remonte la dernière fois que tu as pris la défense de ton frère face à Denethor ?! Tu es un lâche, Boromir ! Un lâche !!!!!


La jeune femme se retourna alors vers la fenêtre, tournant le dos à Boromir. Il s'avança alors vers elle et effleura son épaule du bout des doigts, mais la réaction de Laeenia fut rapide.

Laisses moi.

Laeenia...

LAISSES MOI !!!!!!!!!!

Boromir fit alors un pas en arrière, regardant la jeune femme d'un air triste et dépité. Il n'avait même pas essayé de se défendre. Sortant de la pièce, il referma la porte. Laeenia, elle, tomba assise au sol, en sanglots.





La nuit était tombée sur la cité blanche. Faramir était descendu jusqu'aux appartements de Laeenia. A l'intérieur de la pièce, on entendait du bruit, comme si tout déménageait. Il entra alors dans la pièce et vit Laeenia qui rangeait méticuleusement ses affaires. Elle avait préparé son sac et attachait à sa taille son épée. Elle avait laissé ses robes dans un coin et était vêtue d'une tenue de voyage plus agréable. Dans son dos, le bâton que lui avait offert Mithrandir était parfaitement fixé. Dans son sac, ses deux précieux livres avaient trouvé leur place. Elle avait aussi réuni le maximum d'or qu'elle le pouvait. Elle en aurait besoin.

Laeenia se retourna brutalement et fit face à Faramir qui la regardait, hébété.

Mais... Que... Laeenia, qu'est-ce que tu fais ?!

Laeenia termina d'attacher le fourreau de son épée et dit avec détermination.

Je pars, Faramir ! Je quitte la cité blanche !

Elle passa devant lui d'un pas assuré et franchit la porte de l’appartement.

Mais... pour aller où ?!

Aucune idée ! Loin ! Très loin d'ici ! Loin du Gondor, même !

La jeune femme marchait d'un pas déterminé dans les rues de la cité blanche, Faramir aux trousses.

Mais enfin, tu ne peux pas partir comme ça ! Laeenia je t'en prie, réfléchis ! Que dira ton père ? Et Boromir ?! Tu ne peux pas partir comme ça !!!

Laeenia s'arrêta alors net, se tournant vers son ami.

Non toi, réfléchis, Faramir !!! Que va-t-il se passer à présent ? Je vais devoir rester ici, à regarder Boromir épouser une enfant ? Tout ça parce qu'un fou dans sa tour a vu un signe ?! Non, Faramir ! Je n'accepterai pas ça ! Et que se passera-t-il ensuite ?! Il m'obligera à t'épouser, parce qu'en devenant ta femme, Boromir, ton frère, n'aura plus le droit de poser la main sur moi, garantissant ainsi que jamais je t'attendrais un enfant de lui ?! As-tu pensé à tout ça, Faramir ?! Je ne vois pas l'avenir, mais je peux te l'assurer, c'est ce qu'il se passera !

Laeenia continua alors à marcher dans les rues éclairées par les braseros de la cité. Faramir restait silencieux. Il savait qu'elle avait raison.

Ils arrivaient aux écuries de la cité blanche. Laeenia sellait son cheval, Faramir la regardant faire, impuissant.

Tu m'écriras...?

Oui... Aussi souvent que possible, je te le promets.

Et tu lui écriras, à lui...?

Laeenia s'arrêta un instant, puis regarda droit devant elle, ignorant le regard de Faramir sur elle.

Non.

Devant les portes de la cité blanche, Laeenia monta à cheval. Invoquant Aglar, elle regarda Faramir avec tristesse. Une dernière fois elle se pencha pour serrer son ami dans ses bras. Les larmes coulaient sur les joues de Faramir.

Adieu, Faramir.

Au revoir, Laeenia... Non... Non, ça ne sera pas un adieu.

Le cheval partit alors au galop, suivi par l'ours qui courait aux côtés de la jeune femme. Elle quittait Minas Tirith et avec, toute son enfance heureuse.





Le lendemain matin, devant la porte de ce qui fut l'appartement de Laeenia, Faramir dormait d'un sommeil profond. Il attendait l'arrivée de Boromir. Il ne tarda pas à arriver, donnant un petit coup à l'épaule de son frère.

Faramir...? Tu as dormi ici toute la nuit ?! Elle refuse de t'ouvrir...?

Faramir émergea de son sommeil et releva la tête vers son frère, hochant de la tête de droite à gauche. Boromir frappa alors machinalement à la porte mais remarqua qu'elle était ouverte.

Il pénétra dans la pièce qui avait été retournée. Sur la table, une lettre était posée. Boromir la prit et commença à la lire. Elle lui expliquait qu'elle ne pouvait pas vivre de cette façon. Qu'il aurait pour toujours son amour mais qu'il lui était impossible de vivre avec cette idée. Des larmes coulaient le long des joues de Boromir. Froissant le papier dans sa main, il remarqua alors, posé sur la table, le bracelet qu'il lui avait offert pour son vingt-et-unième anniversaire.

Faramir arriva alors derrière lui, posant sa main sur l'épaule de son frère.


Qu'est-ce qu'on fait, maintenant, Boromir...

Le capitaine tourna la tête légèrement.

On va envoyer une patrouille la retrouver. Pour ma part, je signalerai à père que j'estime que la princesse Lothiriel est encore trop jeune pour se marier. Je vais accepter ces fiançailles... Pour le moment. Mais ce mariage n'aura pas lieu. Je devrais pouvoir gagner quelques années... Trois tout au plus. Cela devrait être suffisant. Faramir, vas prévenir le capitaine Ormatar. Il y a une lettre pour lui aussi.

Le cadet sortit alors, laissant Boromir seul. Il prit le bracelet entre ses mains, tombant à genoux devant la table. Maintenant qu'il était seul, il pouvait se laisser aller à ses sentiments. Laeenia ne reviendrait plus. Il l'avait perdue. S'en était fini.



FIN DE LA PREMIERE PARTIE

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwaldorin
Frère
avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 09/07/2016
Age : 19
Localisation : Quelque part

MessageSujet: Re: Laeenia, Maîtresse du Savoir du Gondor   Mer 14 Déc - 20:50

Je ne trouve pas les mots pour exprimer mon dégoût face a cette pourriture égocentrique étroite d’esprit et bien d'autre choses du genre qu'est ce bon vieux Denethor, indendant du Gondor, et c'est bien que je ressente sa, je pense que tu as vraiment réussis a capturer l'ame même du personnage dans ton récit ou en quelque ligne on ressens bien ce qui nous est présenter dans l'histoire.. Comme d'habitude, belle histoire bien écrite, hâte de voir la suite

_________________
"Dieu a fait des hommes grands et d'autres petits, je les ai rendus égaux." Samuel Colt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Laeenia, Maîtresse du Savoir du Gondor   

Revenir en haut Aller en bas
 
Laeenia, Maîtresse du Savoir du Gondor
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [RESOLU] petit lapin en détresse
» Animah : Les gardiens du Savoir
» [CLASSIQUE] PCB Double dragon aphone : tout savoir !
» Le droit de savoir sur les citées.
» tresse 15 lbs sur canne 12 lbs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairiendil :: L'AUBERGE :: Les Hommes-
Sauter vers: